Violences policières : LE FILM de David Dufresne

Facebooktwittermail

En parrallèle de la tenue d’un décompte scientifique et public du nombre de victimes de violence policières sur le site ALLO PLACE BEAUVAU (qui a reçu le grand prix de la presse 2019) David Dufresne a travaillé pendant 2 ans à en extraire la matière d’un film documentaire.

C’est une excellente nouvelle pour que ne se referme pas la scandaleuse nouvelle doctrine policière de gestion des manifestations, qui, rappelons-le sont un droit constitutionnel …

On peux rappeler que Amnesty-international a lancé une pétition et de nombreuses alertes publiques pour dénoncer la violence systématique que le gouvernement légitime et applique méthodiquement :

https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/petitions/manifestants-pas-criminels

Le film sort aujourd’hui = un pays qui se tient sage

L’AUTEUR REALISATEUR

Réalisateur, journaliste (Libération, Mediapart) et écrivain (Maintien de l’ordre : Enquête…), il est aussi lanceur d’alerte via son compte Twitter où, depuis décembre 2018, il s’est mis à recenser les témoignages de manifestants blessés par la police et à interpeller le ministère de l’Intérieur en commençant chacun de ses tweets par « Allo @Place_Beauvau, c’est pour un signalement ».

CONTRE-RÉCIT

Projeter sur grand écran et dans la longueur (pas juste les secondes les plus impactantes) ces images d’échauffourées entre forces de police et manifestants et les faire commenter en binôme par des intervenants extrêmement divers : policiers, bien sûr, mais aussi historiens, sociologue, avocat, journaliste, mère au foyer, syndicaliste, ethnographe, cariste, professeur, chauffeur routier… Par ce geste, David Dufresne fait un remarquable travail de cinéaste en questionnant les images, en rappelant qu’elles dépassent le petit écran des smartphones qui les ont captées.

Ce faisant, il leur donne une force de contre-récit sur lequel les débatteurs vont s’appuyer pour nous les raconter. Et il organise aussi le contraste entre ces moments bruts souvent chaotiques et une réflexion posée et articulée en s’évertuant à filmer la pensée.

Son choix d’une caméra unique et mobile renforce ainsi l’intensité de ces débats où rien n’est écrit par avance et où parfois cette caméra elle-même semble surprise de telle ou telle intervention.

Une heure de débat avec des victimes de violence [cerveaux non disponibles]

Un pays qui se tient sage – Débat

Débat entre le réalisateur du film David Dufresne et de plusieurs intervenants du film, en direct depuis le cinéma Les 7 Parnassiens.

Publiée par Cerveaux non disponibles sur Lundi 28 septembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.