Vérités / Questions / manipulations / autour du traitement du Pr Raoult.

Facebooktwittermail

Éric Escoffier

– Chloroquine : vieux médicament très connu, très bien toléré, vendu à des milliards d’exemplaires, très utilisé par les touristes qui vont dans les tropiques depuis des décennies en préventif contre le palu. Tous les médecins indépendants le connaissent (c’est un des médicaments les plus prescrits au monde) et disent qu’il n’a pas d’effets secondaires sauf dans de très rares cas et à grandes doses. (Information très facile à vérifier.)

– Hydroxychloroquine : forme la mieux tolérée de la chloroquine.- Azithromycine : vieux médicament très connu et sans effets secondaires sauf en traitement de longue durée.- Association hydroxychloroquine + azithromycine (protocole du Pr Raoult) : très bien tolérée, pas d’effets secondaires sauf dans de très rares cas dans des traitements prolongés. N’importe quel médecin a les compétences pour le prescrire en toute sécurité.

Publication de 2011 sur l’innocuité de cette association sur les femmes enceintes et leurs bébés.

Efficacité du traitement du Pr Raoult.

– Chloroquine contre le COVID-19 : publication chinoise in vitro dès le 4 février 2020.- Chloroquine contre le COVID-19 : publication in vivo (étude clinique) dès le 19 février 2020.- Azithromycine : publication sur l’efficacité de l’azithromycine sur les infections virales chez l’enfant (novembre 2015).- Association hydroxychloroquine + azithromycine (protocole du Pr Raoult) contre le COVID-19 : améliore encore l’efficacité de la chloroquine.

—> Suivre régulièrement les communications et résultats du Pr Raoult sur le site de l’IHU-MI, ainsi que sur leur chaîne Youtube et sur son compte Twitter.

– Dernières statistiques du Pr Raoult à l’IHU-MI : 1 personne morte sur 1283 patients traités (traités car positifs).À l’IHU-MI, toutes les personnes positives au COVID-19 sont traitées avec le protocole du Pr Raoult.

Le taux de mortalité des personnes positives est de 0,078 % à l’IHU-MI (en négligeant le décalage dans le temps) (en diminution chaque jour).
Contre 6,7 % pour toute la France (85 fois plus) (en augmentation chaque jour).Et 1 % pour l’Allemagne (qui dépiste massivement).Évidemment, ces chiffres sont très mouvants, mais ils ont quand même une très grande signifiance.

– Ce protocole, correctement administré, limite drastiquement la période de contagiosité, ce qui est crucial face à un phénomène de propagation exponentielle. En effet, il annule la charge virale de la très grande majorité des patients en 5 jours, alors que, sans traitement, la charge virale dure jusqu’à 37 jours avec une moyenne de 20 jours (publication au Lancet du 09/03/2020).

-Dans cette situation d’urgence, l’IHU-MI ne respecte pas les protocoles classiques des publications scientifiques (18 mois) et publie ses résultats en “Pré-print” quasiment au jour le jour (https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/).

Efficacité du traitement du Pr Raoult aux USA.– Hydroxychloroquine sur 100 patients à New-York : 0 décès.- Traitement du Pr Raoult + zinc à New-York : 0 décès, 0 en réanimation, 0 intubés sur 500 personnes traitées.

—Soupçon d’organisation intentionnelle de la pénurie de masques et de tests de dépistage.
– Il n’est pas possible que, depuis des semaines, la France manque toujours de masques et de tests de dépistage, même pour les médecins en milieu hospitalier, qui sont de plus en plus contaminés et deviennent des agents de contagion privilégiés.(- À noter aussi que les gendarmes qui contrôlent les déplacements des personnes ont l’interdiction de porter un masque !)- Les professionnels de nombreux laboratoires français disent avoir la capacité de tester mais ils en sont interdits. Même chose pour les laboratoires vétérinaires.
– Des laboratoires français demandent à être réquisitionnés, ce qui leur est refusé.- Des laboratoires français, mais aussi de divers autres pays, ont créé différents nouveaux types de tests facilement réplicables, mais en France il est interdit de les utiliser. (Un nouveau test français a même été homologué en quelques jours aux USA, qui en importe, mais est interdit en France.)- La Guadeloupe commande 200 000 tests de dépistage.

– Rappel : le directeur général de l’OMS a “crié” au monde entier dès le 16 mars : << Testez ! Testez ! Testez ! >>

Soupçon d’organisation intentionnelle de la pénurie de Plaquénil (hydroxychloroquine).– Rappel : il y a de nombreux mois, Emmanuel Macron a promis à l’industrie pharmaceutique une augmentation considérable de leurs revenus sous son mandat.- L’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament a alerté sur le fait que les grands labos ont une position hégémonique qui leur permet d’imposer le prix de leurs médicaments et tests de dépistage à l’État.- Par exemple, le Kaletra (Lopinavir/Ritonavir) coûte 400 € alors que les publications sur son indication contre le COVID-19 ont conclu à sa totale inefficacité. (En revanche, la liste officielle de ses effets secondaires dans le Vidal est catastrophique.)- Le traitement du Pr Raoult ne coûte quasiment rien et est constitué de molécules qui ne sont plus sous brevet.- L’efficacité du traitement du Pr Raoult, si appliqué précocement et massivement, annule définitivement le besoin d’un vaccin contre le COVID-19, privant de fait l’industrie pharmaceutique de colossaux bénéfices.- Mardi 17 mars, tous les stocks de Plaquénil (hydroxychloroquine) des pharmacies de ville ont été réquisitionnés, ce qui aurait été suffisant pour traiter précocement en milieu hospitalier tous les patients atteints, car leur nombre n’avait pas encore explosé exponentiellement. – À la même date, les laboratoires SANOFI ont annoncé qu’ils seraient capables de réapprovisionner les pharmacies de ville en Plaquénil dès le 1er avril.- Les pharmacies de ville n’ont toujours pas le droit d’en vendre et ne sont toujours pas réapprovisionnées.- Mais, sur ordre du tribunal administratif de Guadeloupe, l’île commande 20 000 doses d’hydroxychloroquine et d’azithromycine.- De nombreux pays, dont les USA, s’approvisionnent sans problème en hydroxychloroquine sur les marchés internationaux, mais la France ne le fait pas.

– Bien au contraire, le gouvernement a restreint l’application du protocole du Pr Raoult aux cas les plus graves, alors que c’est justement dans les phases avancées qu’il n’est plus efficace. Le Pr Raoult et tous les médecins indépendants qui l’utilisent insistent sur le fait qu’il faut l’administrer suffisamment tôt.

Incompréhensible.La semaine dernière et il y a encore quelques jours, de nombreux hôpitaux publics de France n’avaient reçu aucun patient transféré et n’étaient absolument pas saturés, ni en réanimation ni dans les autres services (hôpitaux militaires, l’Hôpital Nord (un des plus grands hôpitaux de Marseille), le CHRU de Strasbourg (à 120 km de Mulhouse), …).Les hôpitaux et cliniques privés n’avaient pas été utilisés (même à Mulhouse). Partout en France, des établissements privés étaient en sous activité. Le président de la Fédération de l’hospitalisation privée en est même arrivé à lancer un appel au gouvernement.

Pourquoi avoir surchargé quelques établissements, devenus immédiatement saturés, et laissé les autres vides ?C’est incompréhensible car très tôt on nous a dit au JT qu’à Mulhouse on avait dû “débrancher” et laisser mourir des personnes pour en sauver d’autres. Est-ce faux, ou bien est-ce vrai (ce qui serait encore plus grave) ?
La Belgique diffuse tous les jours le nombre total de lits en réanimation et le nombre de lits occupés.
Poussons le gouvernement à la transparence, seul moyen de sauver des vies et de sortir rapidement du confinement (et donc de sauver l’économie).

Conclusion.– Il semble de première urgence de trouver un outil indépendant de transparence sur ce qui se passe dans les hôpitaux. Notamment, y administre-t-on réellement et précocement le protocole du Pr Raoult ?

– En parallèle, il faut multiplier les recours juridiques et constitutionnels pour contraindre l’État à en autoriser la prescription par tous les médecins, ainsi que la prescription des tests. Avec une réelle répartition des patients hospitalisés sur les établissements français et la disponibilisation réelle de masques et de tests, c’est le seul moyen de tarir l’afflux croissant de patients dans nos hôpitaux(auxquels les choix politiques de ces dernières années ont ôté toute capacité à répondre à une épidémie (2 fois moins de lits en réanimation qu’en Allemagne par exemple)).- C’est aussi le seul moyen de réduire le nombre de décès quotidien.

En Guadeloupe, le Tribunal Administratif ordonne aux autorités sanitaires de dépister et d’appliquer le protocole du Pr Raoult.

Rappel : les pays qui ont jugulé le plus efficacement l’épidémie ont testé massivement et traité à la chloroquine. Notamment, la Corée du Sud (plus de 50 millions d’habitants) a stoppé l’épidémie en un temps record. En testant massivement, en isolant les positifs et en les traitant à la chloroquine, ils l’ont réussi sans même avoir besoin de recourir au confinement, à la fermeture des écoles, à la fermeture des frontières (même avec la Chine)…

Ils ont préservé leur population (“à peine” 158 morts en tout à ce jour) et leur économie.

La Corée du Sud a testé 0,615 % de sa population.

La France : moins de 10 fois moins.

L’Allemagne teste 500 000 personnes par semaine.

L’IHU-MI de Marseille a testé 600 personnes par jour depuis une dizaine de jours et teste maintenant 2000 personnes par jour.

Rappel : la mortalité à l’IHU-MI de Marseille est 85 fois moindre que celle de la France dans sa totalité, grâce à cette stratégie qui consiste à dépister massivement et à appliquer précocement le protocole du Pr Raoult.

Pétitions :pétition sur change.org – pétition sur mesopinions.com

Note 1 : n’écoutez pas les médecins qu’on entend dans les grands médias, comme Gilbert Deray, Michel Cymes ou Karine Lacombe, qui sont à la solde de grands laboratoires. (Par exemple, Karine Lacombe travaille entre autres pour le laboratoire qui cherche à vendre le Kaletra comme thérapie contre le COVID-19…) La loi leur impose d’ailleurs de déclarer leurs conflits d’intérêt chaque fois qu’ils s’expriment publiquement, ce qu’ils ne font jamais.

Note 2 : n’hésitez pas à vérifier par vous-même les faits, les chiffres et les publications qu’on vous donne dans les médias. (C’est le seul moyen de sortir des débats virtuels et de revenir à la réalité scientifique. Les virus respectent les lois du vivant, pas celles des marchés, des lobbies, des politiques ni des journalistes.) – Chiffres officiels (qui valent ce qu’ils valent).- Nombre de tests per capita et par pays. – Site de l’IHU-MI, ainsi que leur chaîne Youtube et le compte Twitter du Pr Raoult.- Effets secondaires des médicaments : dans le Vidal.

– Vérification de la fiabilité des auteurs des publications : ExpertScape.Comment fonctionnent les épidémies (téléchargement gratuit en PDF, ou lisible en ligne).- …Par exemple, les grands médias nous parlent d’une soudaine émergence de nouveaux effets secondaires (après des décennies d’utilisation sans effets secondaires) de l’hydroxychloroquine : ces mensonges sont immédiatement démasqués en allant lire les effets secondaires sur le Vidal (comparez à ceux du Kaletra !).

Autre exemple : un grand essai nommé Hycovid et dirigé par le Dr Vincent Dubée du CHU d’Angers, impliquant une trentaine d’hôpitaux français, est lancé “pour vérifier si l’hydroxychloroquine est efficace”, malgré les résultats qui pleuvent à l’IHU-MI de Marseille et dans le monde. Cette étude sera faite avec un groupe témoin de personnes tirées au hasard qui ne recevront pas le traitement, condamnant ainsi à mort les patients les plus gravement atteints, comme dans l’étude européenne Discovery sur 3200 personnes.

Outre le caractère criminel de ces recherches, devant une telle information, il est crucial de vérifier si le Dr Vincent Dubée est un infectiologue sérieux.

Or, le Dr Vincent Dubée n’apparaît même pas dans ExpertScape, même en spécifiant “France” + “Angers” + “CHU d’Angers” (alors que le Pr Raoult apparaît en 1ère ou 2ème position, sans aucune spécification, c’est-à-dire en “worldwide”).

Faites la recherche “communicable diseases” dans le site internet ExpertScape et vous verrez le résultat.De la même manière, aucun des auteurs de l’étude chinoise du 3 mars 2020 disant que la chloroquine n’est pas efficace contre le COVID-19 n’apparaît, même en spécifiant “Chine” + “Shanghai”.
Encore une fois, pour démasquer les mensonges d’État, des grands labos et des médias, il suffit de consulter les données officielles.

À consulter absolument  (N’oubliez pas d’accélérer la vitesse de lecture des vidéos pour gagner du temps !)- Efficacité de l’hydroxychloroquine en Italie et en France + pénurie de masques (Paris-Match : interview du Pr Christian Perronne).- Appel de Philippe Douste-Blazy au gouvernement.- Qui commande et finance réellement les autorités sanitaires en France (par le chirurgien dentiste Salim Laïbi).

Pressions judiciaires sur le gouvernement.

1/ (Tribunal administratifEn Guadeloupe, le Tribunal Administratif ordonne aux autorités sanitaires de dépister et d’appliquer le protocole du Pr Raoult.
2/ (Collectif)
– Un syndicat de médecins poursuit l’État en référé.– Plainte contre Edouard Philippe et Agnès Buzyn déposée par un collectif de centaines de médecins et soignants pour «mensonge d’État».
3/ (Individuel)Un patient atteint du Covid-19 a-t-il le droit d’exiger de bénéficier du traitement du Pr Raoult ?
Oui, il doit saisir le juge des référés-liberté du tribunal administratif, qui doit statuer sous 48 heures.

Plus de précisions dans cet article, mais on peut se contenter de lire la conclusion de l’article, et aussi absolument descendre lire plus bas dans la page les questions-réponses.

Conclusion de l’article :
un hôpital qui refuserait d’administrer à un patient la médication à base de chloroquine déjà testée avec succès sur des dizaines de patients, sans lui offrir de traitement curatif alternatif, alors même que ce patient ne présenterait pas de prédispositions négatives à ce protocole thérapeutique et comporterait un risque sérieux de complications graves ou de décès lié à son infection au Covid-19, pourrait se voir enjoindre par le juge des référés l’obligation de délivrer ce traitement

A l’inverse, dans l’hypothèse où les risques liés à l’utilisation d’un tel traitement étaient estimés supérieurs au bénéfice escompté par le corps médical, l’hôpital ne violerait aucun droit fondamental à refuser de le délivrer au patient.

Mon commentaire : compte-tenu de la quasi inexistence d’effets secondaires dans l’immense majorité des cas, on peut imaginer que le corps médical devrait fortement argumenter pour refuser de donner le traitement.


Plus de détails concrets dans les questions-réponses plus bas dans la page.

3 réflexions sur « Vérités / Questions / manipulations / autour du traitement du Pr Raoult. »

  1. Merci; hélas je ne suis pas très optimiste à cause de ceci:
    https://www.conseil-etat.fr/actualites/actualites/dernieres-decisions-referes-en-lien-avec-l-epidemie-de-covid-19
    qui montre que lorsqu’il y a appel le Conseil d’Etat couvre les abus de l’administration et des structures médicales, avec des arguments parfois étonnants “si si on s’occupe comme il faut des vieux”.
    Bon à savoir: le CE a cassé la décision du TA de Guadeloupe.
    Tout ça est terrifiant et révoltant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.