Tu travailles, je te pique, je te prête ce que je t’ai piqué…

« Tu travailles, je te pique, je te prête ce que je t’ai piqué, tu me le rembourses avec intérêts, je te loue un appart que j’achète avec tes loyers, je donne un peu de ce que je t’ai piqué, tu m’admires, tes impôts m’en remboursent une partie, je mets mon nom sur le bâtiment, que je privatiserai pour le marriage de ma fille, relaté dans le magazine people que je possède, que tu achètes et que tu finances par les aides à la presse. Je te prie enfin d’appeler tout cela « réussite ». »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.