tout un pays contre son gouvernement

Facebooktwittermail

Nouveau déni de démocratie.
Après le mépris du peuple par notre gouvernement c’est l’Assemblée Nationale qui s’apprête à un mépris comparable.
Alors que le gouvernement et les administrations travaillent sur ce projet depuis plus de deux ans, l’Assemblée nationale ne disposera que de quelques jours pour prendre connaissance, assimiler, amender, apprécier la validité et la pertinence de près de 1500 pages d’une insigne technicité. Après avoir méprisé depuis deux ans le dialogue social, c’est désormais le débat parlementaire qui s’apprête à être violenté.

Article HUFFINGTON

L’Assemblée nationale ne disposera que de quelques jours pour prendre connaissance, assimiler, amender, apprécier la validité et la pertinence de près de 1500 pages d’une insigne technicité.

Comment accepter de nous déterminer sur une étude d’impact qui se fonde sur un âge d’équilibre à 64 ans en 2027, alors que le Premier ministre l’a provisoirement retiré et que les partenaires sociaux sont censés décider de l’avenir de cette mesure? Soit le gouvernement se moque des partenaires sociaux et fait le pari de son rétablissement, soit c’est du Parlement qu’il se moque en biaisant le débat, car sans âge pivot, même de court terme, l’étude d’impact devrait être revue.

Comment, de même, nous prononcer sur les droits familiaux et conjugaux dans le futur système de retraite, alors même que le gouvernement vient de confier une mission qui a pour objet de se prononcer sur l’évolution de ces mêmes droits? Là encore, soit cette mission est un leurre, soit le débat parlementaire est vide de sens.

Comment croire à la promesse devenue slogan: “un euro cotisé donnera les mêmes droits à la retraite”? Même cette promesse centrale n’est pas tenue. Le Conseil d’Etat l’a bien noté qui a demandé au gouvernement de reformuler l’objectif “un euro cotisé donne les mêmes droits” en “un euro cotisé donne les mêmes droits dans les conditions définies par la loi”. Ainsi reformulé l’objectif ne veut plus dire grand-chose; cette astuce ne révèle que “l’incroyable talent” sémantique de nos meilleurs juristes pour accommoder le droit aux réalités. Mais en langage clair, cela signifie simplement qu’un euro cotisé ne donnera pas les mêmes droits…

Même les patrons sont contre la réforme

Voir l’article des ECHOS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.