Sanofi : 100 millions de CICE, refuse de payer ses victimes + patron légion d’honneur

Facebooktwittermail

Article de François RUFFIN

Madame la Ministre, comment osez-vous ?

Vendredi dernier, je présentais mes vœux à Abbeville. Sabine est venue me trouver, le visage rougi. Epileptique, elle a pris de la Dépakine, y compris durant sa grossesse. Elle a donné naissance à Anne, vingt ans maintenant, qui souffre d’autisme, et qui, dernièrement, perd la vue, et qui risque de devenir aveugle : « Je suis tellement inquiète, je ne dors plus, me confiait donc la mère. Tellement stressée que ça me fait péter des muscles. Mon docteur ne croyait pas ça possible. Et tu as vu, ils ont remis la Légion d’honneur à Weinberg ? »

J’ai vérifié sur mon portable, aussitôt, et en effet : vous avez élevé Serge Weinberg, le président de Sanofi, au prestigieux grade de « grand Commandeur ».
Comment osez-vous ?

Depuis les années 80, au moins, Sanofi savait. Depuis le 1er janvier 1982, même, précisément, cela vient d’être reconnu par la Loi. Sanofi savait que, prise chez la femme enceinte, la Dépakine engendrait des troubles, des malformations, des cas d’autisme, chez les bébés. Sanofi savait, et ne l’a indiqué que vingt ans plus tard, à partir de 2006. Entretemps, 16 600 à 30 400 enfants, selon l’étude de la Caisse nationale d’assurance maladie et de l’Agence nationale de sécurité du médicament, sont nés handicapés, très lourdement, à vie.
C’est le premier scandale, au passé : Sanofi savait.

Ce scandale en cache un deuxième, au présent : Sanofi refuse de payer.
Car l’Etat a pris sa part de responsabilité : il a mis en place un fonds d’indemnisation des victimes, via l’Oniam, bien imparfait, bien compliqué, mais il existe. Qu’a alors fait le laboratoire pharmaceutique ? Sanofi, premier responsable sanitaire, a refusé de verser son écot, pas un sou, pas un euro, « contestant fermement les estimations mentionnées dans le rapport de l’ANSM et de la Cnam », au motif que ces « rapports reposent sur des hypothèses invérifiables et vont ajouter de la confusion auprès des patients et des professionnels de santé ».

A l’automne 2015, Sanofi est condamné par la Justice, dans le cas de Camille, « présentant un syndrome malformatif général, anomalies des membres supérieurs et microphtalmie en particulier ». Que décide la firme ? De faire appel. Et quand la Cour d’appel d’Orléans, à son tour, confirme le jugement deux ans plus tard, condamne Sanofi à trois millions de dommages et intérêts, notant que « le produit n’offre pas la sécurité à laquelle on peut légitimement s’attendre », que fait le laboratoire ? Il se pourvoit en cassation, et gagne. Pour un détail de procédure, de forme, même si la cour reconnaît sa faute sur le fond.

Fermons les yeux. Imaginons cette horreur : que vous, que moi, un jour, en voiture, renversions un enfant, qu’il en garde des séquelles à vie, handicapé, traumatisé… Rien que d’y songer, j’en tremble, comment vivre avec ce drame ? avec cette ombre au cœur ? Je ferais tout, alors, j’en suis convaincu, tout mon possible, pour réparer le peu qui soit réparable, pour guérir de ma honte, avec un chèque si besoin. Eux, sur leur conscience, mais quelle conscience?, en ont des milliers, des dizaines de milliers, de bébés, d’enfants, handicapés, traumatisés, avec des séquelles à vie, des « dysmorphies faciales », des « malformations des membres », des « problèmes cardiaques ». A genoux, on devrait les voir, à genoux devant Sabine !, à genoux devant Anne !, à genoux devant Camille !, à genoux et mendiant leur pardon. A la place de cette supplique, ils biaisent, ils rusent, avec des avocats et du blablabla. Ils fuient leur culpabilité.

Ce sont des psychopathes, des psychopathes du profit.
On devrait les trouver en garde à vue, leur ceinture leur cravate leurs lacets défaits.

Vous avez d’ailleurs assuré, Madame la ministre, il y a plus d’un an déjà, que « nous nous retournerons vers l’industriel, ça sera fait », que « l’urgence, c’est que les familles soient indemnisées pour être aidées, et Sanofi c’est le travail de l’État », parce que « c’est à l’État de se retourner vers les personnes en faute, évidemment ».

Alors, certes, l’Oniam s’est retourné vers le laboratoire. Qui a refusé, à nouveau, de payer. L’Oniam voit donc ses ressources fondre, et se retrouve incapable d’indemniser victimes… Mais comment vous faire confiance pour mener à bien cette procédure contre le laboratoire ? Comment vous croire ? Comment vous croire quand on retrouve les dirigeants de Sanofi dans les Palais de la République ?

Serge Weinberg, ami personnel d’Emmanuel Macron, qui le fit entrer à la banque Rothschild, assistait, dans les salons de l’Elysée, à l’intronisation du Président.
C’est dans les salons de l’Elysée, toujours, et en présence du Président, que le Dolder, le lobby de l’industrie pharmaceutique, Olivier Brandicourt et Sanofi en tête, tenait ses assises.

Edouard Philippe et Christophe Castaner nous font la leçon : « Il ne faut pas dénigrer une entreprise française, une entreprise qui fonctionne bien », « On ne doit pas critiquer des entreprises qui réussissent, comme Sanofi ».

Sanofi perçoit toujours, chaque année, plus de cent millions de Crédit impôt recherche, quand bien même ils la détruisent leur recherche, et des dizaines de millions de Crédit impôt compétitivité emploi, quand bien même ils en détruisent, des emplois.

Vous-même, en personne, Madame la ministre, assistiez, en février dernier, à une réunion de la Fondation Sanofi, qui prétend venir en aide aux personnes vulnérables… qu’ils commencent par indemniser leurs victimes !

Et enfin, donc, le clou de cette farce tragique : ce premier janvier, Serge Weinberg élevé au rang de « grand commandeur de la Légion d’honneur ». Quand tous les jours, avec les autres dirigeants de Sanofi, il devrait recevoir la légion du déshonneur, être privé de ses droits civiques, souffrir de l’indignité nationale.

D’où ma question, simple : comment osez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.