Pétition mondiale pour libérer Assange : 1 seul politicien français !

Facebooktwittermail

Au début de cette troisième semaine de reprise du procès Assange, lundi 21 septembre, une pétition mondiale, signée par 161 chefs d’État, anciens chefs d’État et un grand nombre de ministres, parlementaires et diplomates, demandait « instamment au gouvernement britannique de mettre fin à la procédure d’extradition de Julian Assange et d’accorder sa libération immédiate de la prison de Belmarsh à Londres, où il est détenu à l’isolement par les autorités britanniques sans motif légal depuis avril 2019 ».

On y trouve l’ancien président Lula du Brésil, l’actuel président argentin Fernández, l’Espagnol Zapatero, le Britannique Corbyn, une foultitude d’Allemands, de Suisses et fort peu de Français. À part Jean-Luc Mélenchon, ne figurent que des troisièmes couteaux qui se comptent sur les doigts d’une main – il y a même une erreur manifeste de distribution, avec le sénateur de la Moselle Jean-Louis Masson, dont les prises de position cochent habituellement toutes les cases de la réaction ténébreuse !

LIRE AUSSI

Comment ne pas s’indigner d’une telle passivité, d’un tel aveuglement ? Le procès Assange devrait permettre la naissance d’une opinion publique européenne sinon mondiale, à l’instar – mais inversé – du cas Pinochet, à Londres, voilà 20 ans. En 2000, il fallait extrader le dictateur chilien afin qu’il fût jugé pour ses crimes. La Grande-Bretagne – c’était Jack Straw, ministre de Tony Blair – ne le permit pas. En 2020, il ne faut pas extrader Julian Assange, que les criminels qu’il dénonça menacent de juger. La Grande-Bretagne permettra-t-elle une telle offense ?

3 réflexions sur « Pétition mondiale pour libérer Assange : 1 seul politicien français ! »

  1. Trump a laissé entendre qu’il allait lui accorder sa grâce, et donc le laisser revenir libre au pays.
    Le problème est sa sécurité, car vu ce qu’il a révélé sur l’Etat profond américain et mondial, il risque l’assassinat dès qu’il mettra un pied dehors.

    1. Poutine serait sans doute ravi de lui assurer sa sécurité. Mais aux US qui gouverne ? le congrès ou le pdt ou les puissances financières ou la CIA, ou ? ou ? bref que de la totale imprévisibilité …

      En résumé, 3 destins possibles, et tous extrèmes = une vie sous protection avec redémarrage en flèche de wikileaks, une vie en prison eu UK, ou procès et prison à vie ou mort … non ?

      1. Bien étudié GJ19:
        moi je vois (et j’espère)
        pas de vie en prison en UK; mais un rapatriement aux US qui ne serait pas une extradition car ce serait un deal avec Trump: nouvelle identité et vie cachée en tant que témoin protégé (n’oublions pas que ses révélations sur l’Etat profond US ont sacrément aidé Trump);pas de procès ni de prison à vie ou condamnation à mort car ses actions de dénonciation ont été faite pour le bien de son pays.
        Par contre il va avoir sur le dos ce qui reste de vivant dans la clique Etat profond (CIA, et politiciens véreux)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.