Manif des ‘gilets jaunes’ : « Moi, dircab du Préfet, de leur point de vue, j’ai basculé dans le camp de l’ennemi »

Facebooktwittermail

04/02/2020

Laurent est passé dans « l’autre camp ». Il était directeur de cabinet du Préfet en charge du maintien de l’ordre. Il dit aujourd’hui manifester avec les ‘gilets jaunes’ au « nom des mêmes valeurs qui lui ont fait servir l’Etat ». Laurent et Philippe racontent leurs choix et leur changement de camp.

Sur ces images, très largement diffusées sur les réseaux sociaux, un policier semble ouvrir le feu à bout portant sur des manifestants protestant contre la réforme des retraites, le 9 janvier à Paris.
Sur ces images, très largement diffusées sur les réseaux sociaux, un policier semble ouvrir le feu à bout portant sur des manifestants protestant contre la réforme des retraites, le 9 janvier à Paris.• Crédits : Capture d’écran Twitter

Le samedi 18 novembre 2019, en plein mouvement des « gilets jaunes », à la suite d’une journée particulièrement mouvementée, ponctuée d’affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre. Didier Lallement, préfet de police de Paris, se trouve place d’Italie pour constater les dégâts et répondre aux multiples interviews des chaînes en continu. Il est interpellé par une manifestante-« gilet jaune » et lui adresse en retour une de ces petites phrases qui restera dans les annales du mouvement : « Et bien, nous ne sommes pas dans le même camp, Madame !’ lui dit-il avec un certain dédain qui en dit long. »

Que signifie ne pas être du même de camp ? Et peut-on changer de camp ?

Laurent est passé dans « l’autre camp ». Il était directeur de cabinet du Préfet en charge du maintien de l’ordre. Il dit aujourd’hui manifester avec les « gilets jaunes » au « nom des mêmes valeurs qui lui ont fait servir l’Etat ». Il est l’auteur d’une vidéo virale montrant un tir de LBD presque à bout portant dont la diffusion massive a mené à l’ouverture d’une information judiciaire. 

« Ce sont les mêmes valeurs qui m’animent mais la forme est différente. Mes fonctions dans le corps préfectoral ou la diplomatie m’ont fait approcher de près le monde politique et pourtant je fais partie de ceux qui ne se déplaçaient plus les dimanches de scrutin. Je me suis engagé dans le mouvement des « gilets jaunes ». Ce sont mes valeurs de réclamer de la justice sociale et fiscale. »

« Aujourd’hui, je me suis malheureusement habitué aux gaz lacrymogènes, aux charges de police, aux coups de matraque. Les premières fois, j’étais choqué. Le tutoiement et l’insulte font que l’on passe d’une affaire professionnelle à une affaire personnelle ; cela change complètement le contexte. »

« Mes anciens collègues me disent : ‘mais qu’est-ce qu’il t’arrive ? De leur point de vue, j’ai basculé dans le camp de l’ennemi. Je suis dans un mouvement qui correspond à mes valeurs ; les mêmes qui m’ont fait servir l’Etat. Pourtant, je ne suis pas devenu un adversaire encore moins un ennemi. […] Je pense qu’il y a d’autres façons possible d’exercer la force ou de croire qu’on est le seul à avoir raison ! »

Philippe, lui, est chef d’entreprise dans le secteur du bâtiment. Il vit à Paris et se rémunère exclusivement en dividendes. Il a rejoint le mouvement des « gilets jaunes » suite à l’appel d’Eric Drouet le 17 novembre 2019.

« J’ai ressenti cette solidarité et cet élan populaire. On a bloqué les premiers ronds points. J’ai plus peur de l’avenir lié au système qui est en place que des violences subies pendant les manifestations« 

« Je suis patron et je suis dans la rue pour qu’on revoie nos capacités à révolutionner ce monde« 

Y a-t-il vraiment deux camps ? Quels seraient-ils ? Est-ce qu’ils se polarisent autour de questions politiques, d’une appartenance sociale, géographique, est-ce qu’il y a le camp des ronds-points et celui des lignes droites ; sont-ils si étanches et si différents ? 

Article : « On n’est pas dans le même camp » : le préfet de police a-t-il dérogé à son devoir de neutralité ? -Le Parisien-

Article : « Le gilet jaune Eric Drouet a-t-il acheté une Jaguar ? » -Libération-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.