l’usine française qui pouvait fabriquer 200 millions de masques fin 2018 (sous Macron)

Facebooktwittermail

Résultats d’une mondialisation libérale ….que les « gouvernants responsables avisés et coupables » ont laissé faire…

« …Il y a moins de deux ans, il existait en France une usine capable de fabriquer 200 millions de masques par an, soit près de 20 millions par mois, grâce à des machines pouvant produire chacune 4.000 masques à l’heure. Pourquoi cette usine, située à Plaintel, dans les Côtes-d’Armor, a-t-elle fermé fin 2018 ? Jeudi 26 mars, l’Union syndicale Solidaires du département a publié un communiqué dénonçant un « scandale d’État », et réclamant une remise en route du site industriel.

Que s’est-il passé exactement ? L’histoire de cette entreprise bretonne nous est racontée par Ouest-France. Vieille de près de cinquante ans, l’entreprise de fabrication de masques Sperian a été achetée en 2010 par la multinationale Honeywell. La santé de l’entreprise était alors florissante : entre 2006 et 2009, dans le sillage du Sras puis du virus H1N1, le gouvernement français avait commandé pour 80 millions d’euros de masques respiratoires au fabricant breton, dont les fameux FFP2. Celui-ci avait alors investi dans deux nouvelles lignes et recruté jusqu’à 280 salariés à Plaintel, pour atteindre une capacité de production de 250 millions de masques par an….
« Ils ont détruit des machines ultraperformantes et viré un personnel hypercompétent, accuse Serge Le Quéau, syndicaliste à Solidaires, joint par Reporterre. On a fermé la principale usine de fabrication de masques hospitaliers de France, pour des questions de rentabilité, et aucun responsable politique n’a levé le doigt pour s’opposer à la fermeture d’un site stratégique pour la sécurité sanitaire. » À l’époque, la fermeture s’est faite « dans un silence assourdissant », dit-il encore. En 2018, les sections CGT et CFDT de l’usine de Plaintel s’étaient même adressées à Emmanuel Macron et au ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. En vain.

Pour l’union syndicale Solidaires des Côtes-d’Armor, « la fermeture de l’usine Honeywell de Plaintel et la destruction de ses outils de production, comme l’inaction des autorités publiques, représentent un scandale qui doit être dénoncé ». Pour le sénateur du Morbihan Joël Labbé, « une fois la crise passée, il faudra, dans le cadre des enquêtes parlementaires, se pencher sur cette fermeture, symbolique de l’inconséquence des décisions politiques prises ces dernières années ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.