Le QG des gilets jaunes de Carcassonne encore vandalisé !

Facebooktwittermail

Pour la nième fois (6, 7, 8 ?) et bien sûr nuitamment, un ou des courageux anonymes ont tenté de détruire, en vain, le siège des gilets jaunes de « Carcassonne en colère », rond-point de Charlemagne, à Carcassonne …
Contrairement à ce que pensent et écrivent ces tristes personnages – bien évidemment sous pseudo – sur les réseaux dits sociaux, cet endroit n’est pas un lieu de débauche et de perdition où alcools et drogue coulent à flots, où se trament et se fomentent on ne sait quels complots ou révolution, mais un lieu de rencontre et d’abri où chacune et chacun peut partager ses craintes et ses espoirs en buvant un gobelet de café.
Le QG comme tous l’appellent, est un lieu convivial construit de toutes pièces et entretenu, trop souvent réparé en fait, par les gilets jaunes où se côtoient les militants pour une société plus juste et plus équitable, d’autres qui n’acceptent plus un monde qui va à vau-l’eau, d’autres encore que la société et le chômage ont laissés (jetés !) au bord du chemin, d’autres enfin qui retrouvent en ce lieu un peu de la chaleur humaine qu’ils ne trouvent plus à leur domicile ou dans leur quartier.
Au QG, le chômeur côtoie l’électricien ou le cuisinier, le viticulteur ou le professeur, le jeune précaire discute avec le maçon ou la secrétaire, le retraité refait le monde avec l’écologiste, l’infirmière et le sans papier, le militant syndical échange avec la jeune serveuse et le gendarme en retraite.
Au QG, la parole est libre, pas de dispute, pas de cris, pas un mot plus haut que l’autre.
Au QG, on discute, on échange, on conteste, mais on respecte l’autre, celui qui ne comprend pas, celui qui ne veut pas comprendre comme celui qui pense autrement…
Au QG, chacun apporte au groupe ce qu’il est, ce qu’il a, ou ce qu’il peut, y compris sur le plan matériel, un gâteau ou des crêpes « maison », une bouteille, quelques fruits ou légumes du jardin, un paquet de gâteaux secs ou quelques friandises à partager…
Au QG, comme dans l’action, les consignes sont claires et partagées par tous les gilets jaunes : dans les actions engagées, les manifestations, pas de violences, pas de gestes répréhensibles !
Au QG, les gilets jaunes sont chez eux, en toute légalité : Le terrain appartient au département de l’Aude et le président du Conseil Départemental a donné son accord pour leur installation…

Alors, on comprend que des énergumènes « bas du plafond » trouvent louche, voire dangereux, un endroit où l’on entre librement, où on vient et on revient, où on discute sainement, sans contrainte, où on remet en cause l’ordre établi (par qui ?), où l’on conteste le pouvoir en place et sa politique, où, pire, on se permet de faire des propositions pour changer les choses dans un sens plus juste et plus équitable, propositions qui peu à peu, deviennent majoritaires dans la société…
On comprend, mais on n’accepte pas ! Si nous refusons la violence pour nous, nous ne saurions l’accepter à notre encontre ! La police et les autorités ont été saisis dans un premier temps, en espérant n’être pas contraint à des mesures plus radicales et plus coercitives… A bon entendeur, salut !
Cela posé, si un retour à de meilleurs sentiments de votre part à notre égard s’avérait, il y aura toujours pour vous un verre de café chaud au QG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.