Industrie du vaccin COVID : apprentis sorciers, et nous : cobayes (2 vidéos)

Facebooktwittermail

Intégration de l’ARN dans nos génome personnels ?

Analyse du Dr Fouché – urgentiste à Marseille

Découvrez les réponses d’un des membres du conseil scientifique sur le vaccin

(enfin si on peut appeler ça des réponses)

BON SENS
“Moment surréaliste à l’antenne de France Inter ce matin (du 19 novembre).
La journaliste Léa Salamé recevait le Pr Jean-Daniel Lelièvre, chef de service des maladies infectieuses de l’Hôpital Henri-Mondor à Créteil.
C’est un spécialiste de la vaccination.
Plus tôt au cours de l’émission les journalistes évoquaient ce chiffre inquiétant : « 50% de la population est réticente à la vaccination ».
Horrifiée par cette « montée du discours antivaccin » la journaliste pose une question au Pr Jean-Daniel Lelièvre :

  • Vous avez vingt secondes pour convaincre avec des mots simples quelqu’un qui ne veut pas se faire vacciner… de se faire vacciner. Que leur dites-vous ?
    (Déjà, vous noterez le sous-entendu scandaleux de cette question : les personnes réticentes à se faire vacciner sont un peu bêbêtes, il faut les convaincre avec des mots simples.)
    Contre toute attente ce prestigieux scientifique est interloqué, puis répond :
  • Je ne suis pas là pour convaincre, je suis là pour expliquer. C’est une question de balance bénéfice/risque et à l’heure actuelle nous n’avons pas tous les éléments pour s’assurer de l’absolue sécurité de ces vaccins.
    (Bravo pour votre honnêteté intellectuelle, Pr Lelièvre)
    On sent de la déception chez les journalistes dans le studio.
    Léa Salamé pensait pouvoir enfin clouer le bec à ces arriérés d’« antivax » et les remettre dans le droit chemin.
    Mais non, en tant que spécialiste de la vaccination, le Pr Lelièvre répond en scientifique et dit la vérité au sujet du prochain vaccin anti-Covid : on ne connaît pas son efficacité réelle, ni son innocuité à long terme.
    Interrogé sur la danse du ventre du laboratoire américain Pfizer, qui a annoncé une efficacité de son vaccin « à 90% », puis a monté son chiffre à 95% après qu’un autre laboratoire, Moderna, ait annoncé un vaccin efficace, lui, à 94,5 %… le Pr Lelièvre répond :
  • Il ne faut pas confondre efficacité scientifique et communication… Pfizer a voulu communiquer le premier (…) C’est gênant…
    Léa Salamé demande ensuite au Pr Lelièvre s’il encourage la vaccination obligatoire contre le Covid.
    Sa réponse, là encore, est honnête :
  • On doit être contre la vaccination obligatoire. (…) D’abord chacun est libre de se faire vacciner ou pas. Ensuite, une vaccination obligatoire, c’est avoir du recul sur une vaccination, être sûr que cette vaccination est efficace à 100%, qu’elle n’a pas d’effet indésirable, qu’elle va vous protéger et également protéger les autres. Il nous manque tous ces éléments pour dire qu’il faut un vaccin obligatoire.
    Bravo pour votre honnêteté, Professeur Lelièvre.
    Car, bien qu’interrogé en tant que « spécialiste des vaccins », donc « pro » supposé aux yeux des journalistes, vous avez rappelé ce principe fondamental de la médecine que beaucoup oublient : d’abord ne pas nuire.
    Dans les grands médias, c’est tout noir ou tout blanc .
    Entre vous et moi, Pr Lelièvre, j’ai peur qu’en ayant tenu un discours si mesuré et prudent sur l’efficacité d’un futur vaccin contre le Covid… et vous être opposé à une vaccination obligatoire… vous soyez passé pour l’un de ces dangereux « antivax » …
    Aux yeux de France Inter hier matin en tous cas, interroger la future vaccination anti-Covid, c’était nécessairement être… arriéré. Anti-progrès. Dangereux.
    Que deux journalistes ayant abandonné tout esprit critique soient les premiers à courir pour recevoir une injection lorsqu’un vaccin sera disponible, eh bien… grand bien leur fasse.
    Mais que ces nigauds réduisent à une position « antivaccin » la prudence nécessaire face à la vaccination anti-Covid à venir, cela pose un problème de débat public.
    Nous ne sommes pas des crétins, mesdames et messieurs les journalistes, lorsque nous alertons sur les risques et zones d’ombre des vaccins.
    Nous caricaturer et nous rabaisser en demandant à un Professeur de médecine de nous « convaincre avec des mots simples » bloque toute analyse.
    La vérité est qu’il est borné et stérile d’être « pour » ou « contre » les vaccins.
    De même qu’il est idiot d’être pour ou contre le café, pour ou contre les avions, pour ou contre 2021.
    Les vaccins font partie de notre temps et aucune personne sensée étiquetée « antivaccin » n’a jamais décrété qu’il fallait abolir ce qui demeure, à bien des égards, un progrès décisif de la médecine.
    En revanche, remettre en question les dérives récentes liées aux vaccins oui, c’est un combat capital. Parce que ces dérives ne sont pas tant le fait de médecins honnêtes comme le Pr Lelièvre, que de gouvernants et de laboratoires multimillionnaires qui n’acceptent pas que leurs vaches à lait soient menacées. Ni même mises en doute.
    Les vaccins ne sont pas une religion !
    Bref, les vaccins ne sont pas une religion en laquelle il s’agit de croire ou de ne pas croire.
    Ce sont des produits médicaux manufacturés parfois efficaces, parfois inefficaces ; rarement dépourvus d’effets secondaires.
    Mettre en lumière leurs risques, demander à ce qu’on étudie certaines interactions et certains effets secondaires, se plaindre du silence autour de ces risques, c’est réclamer plus de transparence.
    Cette exigence est primordiale à l’heure où les laboratoires font la course contre un vaccin… censé éradiquer une maladie inconnue il y a un an. Un an, vous rendez-vous compte ?!
    En révélant les risques d’un développement aussi précipité, en demandant plus de rigueur et de transparence aux laboratoires et aux gouvernements… nous ne sommes pas pour ou contre les vaccins ! Nous sommes pour la santé.”
    Portez-vous bien, “

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.