Gestes barrières / gestes barricades

Facebooktwittermail

05/04 Puisque le petit caporal de l’Élysée nous a bassiné avec sa rhétorique guerrière, ne nous privons surtout pas de lui rappeler que les “après-guerre” constituent historiquement des périodes de profonde renégociation du contrat social. Il y a un avant et un après, et les deux sont fondamentalement différents.

Évidemment, aucun changement radical en faveur des peuples n’a lieu si le pouvoir en place n’est pas contraint de le faire par une résistance et une très forte pression des citoyens, et une unité la plus large possible de ceux-ci autour de quelques exigences formulées clairement. Il ne s’agit pas de se perdre en pinaillages sans fin parce que le temps presse en sortie de crise, pour plusieurs raisons : beaucoup de gens se retrouvent en situation d’urgence ; le pouvoir reprend déjà la main ; l’unité éventuelle que génère la situation ne dure pas plus longtemps que les effets les plus visibles de cette situation.

Il s’agit donc plutôt d’inverser la stratégie du choc à notre bénéfice, de se mettre rapidement d’accord sur des fondamentaux, d’exiger l’instauration ou la restauration d’une courte liste de principes – une fois ceux-ci mis en place, on prend le temps de rentrer dans les détails.

Intérêt général comme objectif premier des politiques décidées, révisions constitutionnelles, institutions et état forts pour combattre et mettre au pas les forces adverses qui ne manquent pas, à commencer par la finance et les lobbys, contrôle démocratique renforcé garantissant un contre-pouvoir réel sur ces institutions (cf certaines propositions des gilets jaunes ou de la FI), services publics redevenus prioritaires, relocalisations, investissements massifs vers la transition écologique, indépendance retrouvée puis garantie des médias.

Il doit y avoir une bonne dizaine de points essentiels sur lesquels une très large majorité de gens peuvent se retrouver pour faire front au de-là de pas mal d’étiquettes. Si nous en sommes collectivement incapables, je ne donne pas cher de notre peau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.