Extinction Rebellion, l’autre lutte

Afin de me faire ma propre idée et pour tordre le cou aux trolls et complotistes de tous poils, je suis allé voir les militants d’Extinction Rebellion, place du Châtelet, avec mon gilet jaune sur le dos. Je vais vérifier ce que disent les haineux sur FB et recouper avec les infos que j’ai déniché sur le net.

Déjà, avec mon bol légendaire, le premier militant que je rencontre m’avoue rapidement être un flic, un membre de la BIVP (Brigade d’Information de la Voie Publique). Sweat à capuche, grosse barbe et bonnet, je m’y suis laissé prendre. Après avoir échangé au sujet des gilets jaunes, il m’explique qu’il est juste là pour observer. Mauvaise pioche.

Du coup je rejoins les Gilets Oranges, des militants en charge de l’organisation et de la coordination, apprendrais-je plus tard. Je n’ai pu discuter avec un nombre suffisant de ces membres pour me faire une idée exhaustive mais j’ai eu assez de contacts avec le recul nécessaire pour me forger une opinion globale. Après plusieurs échanges et observations, je constate les choses suivantes :

– Ils sont jeunes pour la large majorité, moins de 30 ans et sont détendus. 
– Beaucoup d’entre eux sont issus de milieux favorisés, d’autres sont étudiants, certains au RSA, d’autres encore travaillent ou sont autosuffisants. Mais ils se sentent concernés, ils m’ont semblé engagés et sincères. 
– J’ai pu en dénombrer environ 200 le matin et 300 l’après-midi, eux disent qu’ils sont un millier. je pense qu’il s’agit de leur effectif global en France. 
– Même s’ils sont globalement d’accord sur beaucoup de choses, ils ne sont raccords sur tout mais se concentrent sur les actions en général. 
– Ils partagent les préoccupations sociales des gilets jaunes mais ne les revendiquent pas beaucoup, ils préfèrent se concentrer sur la lutte climatique. C’est un choix de stratégie, j’y reviendrai un peu plus tard. 
– Même si XR, comme ils s’appellent eux-mêmes, bénéficie du soutien financier du Open Society Foundations de Soros et Kennedy, la branche française a refusé ce soutien au profit du bénévolat et des petites donations. 
– Ils sont hiérarchisés et bien organisés mais ne semblent pas sujet à de la manipulation directe. De toutes façons, les trolls disaient la même chose au sujet des gilets jaunes au début du mouvement. 
– Ils n’ont pas de deadline quant à l’occupation de la place du Châtelet. Elle sert de QG et de point de ralliement pour organiser et lancer des actions d’occupation ou de communication. 
– Ils sont ouverts à la discussion et reçoivent les GJ sans aprioris. Par contre, ils tiennent à ce que leur ligne de conduite soit respectée. Pas de dégradations, pas de violences et pas d’insultes. Ils tiennent à la neutralité de leur lieu d’échange.

Je pense sincèrement qu’une convergence est possible entre GJ et XR. On en a une un exemple emblématique lors de la manifestation de convergence jaunes/verts du 21 septembre. Je pense qu’il n’y a pas de raison de leur chier dans les bottes, dans la mesure où ils ne chient pas dans les nôtres. Ils privilégient simplement une autre méthode, axée sur la désobéissance civile et la non-violence. Du coup, c’est difficilement compatible avec la reprise des Champs Elysées et le mélange avec les BB. 
Les GJ qui veulent les rejoindre doivent garder un comportement non violent.

En parallèle, j’ai essayé de comprendre ce qui valait deux traitements si différents de la part des forces de l’ordre par rapport à deux manifestations contestataires que sont les GJ et les XR. 
Pourquoi les premiers se font-ils avoiner la gueule dés qu’ils foutent un orteil sur un boulevard alors que les autres peuvent camper en bord de seine et interdire une place entière sans se faire charger par les bleus ?
Après réflexion, échange et analyse, j’ai cerné plusieurs raisons à cet état de fait, qui expliquent globalement ce « deux poids, deux mesures ».

– Ils sont peu nombreux. Quelques centaines tout au plus. De fait, ils ne constituent pas une menace et sont facilement gérables par les FdO en cas de débordement. C’est sûr que 20.000 clampins qui gueulent, ça fait monter la pression un peu plus vite. De ce fait découlent les suivants. 
– Ils sont non violents, pacifistes et non provocateurs. Même si c’est le cas de nombreuses manifestations GJ, par ce comportement systématique, ils réduisent fortement les chances de provoquer les flics. 
– Ils sont statiques. En faisant de l’occupation, du sitting, ils sont faciles à surveiller et limitent fortement les intrusions d’éléments perturbateurs. Les BB ne peuvent exploiter ces rassemblements car ils sont aisément nassables et offrent, de part leur petitesse, peu de couverture et d’opportunités de dissimulation dans la foule. 
– La bavure du pont de Sully. XR étant une organisation internationale, les évènements sont coordonnés dans plusieurs pays en simultané. Lors du gazage en règle des militants XR à Paris le 28 juin, il s’est avéré que la France avait été le seul pays à réprimer violemment une manifestation climatique. La réputation de la France et d’Emmanuel Macron a pris un sacré revers. Depuis, il est délicat de maraver des climatiques, c’est mauvais pour la réputation. Alors qu’avec le bashing médiatique des GJ, tout le monde s’en fout si on leur pète la gueule. 
– Pas le social. Un élément clé. Revendiquer le mauvais climat social, c’est remettre en cause directement Macron. Même si les XR savent bien que « ventre affamé n’a pas d’oreille » et qu’ils compatissent à la misère de millions de français, ils ont fait le choix de minorer leur revendications sociales, ça limitent également les risques de se faire déglinguer. 
– L’écologie, une promesse d’avenir. Au-delà de l’urgence climatique et de la planète qui crame en temps réel, l’écologie est une vague sur laquelle surfent les politiques, surtout ceux qui visent le palais présidentiel en 2022. Du coup, réprimer des manifs climatiques, c’est très mauvais pour l’électorat.

Pour toutes ses raisons, plus ou moins reliées entre elles, les militants XR peuvent camper en plein Paris sans se faire déloger manu militari.

Je pense qu’on aurait à gagner à cette convergence jaunes / verts. De toutes façons discuter avec d’autres militants ne peut pas faire de mal. Je respecte leur combat, il ne vaut pas moins que le nôtre. En agissant ensemble, je pense que l’on peut faire évoluer une partie du mouvement des GJ, sans le dénaturer. XR porte la lutte climatique et social alors que les GJ portent la lutte sociale et climatique.

2 réflexions sur « Extinction Rebellion, l’autre lutte »

  1. je vais quitter le site gj19,vous etes a coté de la plaque xr est piloté par le gouv pour FINIR de nous minimiser et destabiliser,sinon quelle repression ils subissent,pourquoi nous on est gazés,frappes et pas eux?il ne faut pas jouer ce jeu,on est tombés a a peine 10% de ce qu’on etait au debut.sur mon rp (naves) je suis menacé,busculé tous les samedis,au debut on etait 150,maintenant 5,continuons et surtout votez macron,c’est ce qu’ils cherchent.pour en parler a samedi sur mon rp.

  2. Bonjour Alain
    Castaner en prendrais bien plus dans la gueule si il tapait sur ce mouvement écolo né en angleterre que sur le mouvement franco-français qui n’est presque plus médiatisé dans le monde et par notre pseudo-presse de milliardaires

    Ce n’est pas GJ19 qui a décidé ça, cet article est juste là pour souligner que les gouvernements ultralibéraux marchent sur leurs peuples et sur toutes les formes de bon sens

    Tu ressens cette injustice dans ta chair on le comprend bien, mais c’est pas la peine de nous blamer, tes commentaires sont utiles, surtout si ils complètent des aspects dont nous n’avons pas le temps de parler ou d’indiquer

    Tu es certainement utile et agitateur de conscience sur ton rp et ici, non ?

    https://www.liberation.fr/checknews/2019/10/14/les-benevoles-d-extinction-rebellion-sont-ils-payes-400-livres-sterling-par-semaine_1757447

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.