Europe: un plan de relance pour sauver la face

Facebooktwittermail

21 JUILLET 2020 PAR MARTINE ORANGE

Au terme d’un marathon de quatre jours, les responsables européens ont abouti à un compromis laborieux. S’inscrivant dans la même doctrine qu’auparavant, le plan de relance de 750 milliards d’euros risque d’être insuffisant et n’apporte aucun remède aux dysfonctionnements de l’Union.

Ce sommet devait être le moment hamiltonien de l’Europe, celui de la refondation financière de l’Union. Au terme d’un marathon de quatre jours, ponctués de coups d’éclat, de menaces, de bras de fer, les responsables européens ont abouti au petit matin du mardi 21 juillet à un compromis laborieux, qui n’apporte aucun remède aux règles dysfonctionnelles de l’Union européenne.

Un plan de relance de 750 milliards d’euros, destiné à soutenir les économies européennes mises à mal par la pandémie du Covid-19, a bien été adopté, comme le souhaitaient l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne et la Commission européenne. Il vient compléter un budget européen de 1 000 milliards d’euros pour les sept prochaines années. Mais les ambiguïtés, les non-dits, les flous sur lesquels a été fondé cet accord obèrent tout le dispositif.

Pour mesurer les zones d’ombre de cet accord, il suffisait d’écouter les différents camps au sortir de leur interminable réunion mardi matin : chacun avait gagné la partie ! « Nous l’avons fait. L’Europe est au rendez-vous, l’Europe est rassemblée », s’est félicité Charles Michel, président du Conseil européen. « Nous avons apporté une réponse à la plus grande crise de l’histoire européenne », a renchéri Angela Merkel, tandis qu’Emmanuel Macron insistait sur le caractère « historique » de ce plan.

Au même moment, Mark Rutte, le premier ministre néerlandais qui a mené la fronde des pays dits « frugaux », hostiles à toute mutualisation des dettes au niveau européen, insistait sur le fait que le plan de relance ne transformerait pas l’Europe en une union de transferts de richesses, parce que les Pays-Bas et ses alliés avaient veillé à ce que ce soit un programme ponctuel et limité dans le temps, juste pour faire face à la crise sanitaire.Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et Charles Michel, président du Conseil européen, après l'accord sur le plan de relance, le 21 juillet. © Stéphanie Lecocq/ AFPUrsula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et Charles Michel, président du Conseil européen, après l’accord sur le plan de relance, le 21 juillet. © Stéphanie Lecocq/ AFP

Alors que l’Europe affronte sa troisième grave crise économique en l’espace de dix ans, les dirigeants européens savaient qu’ils ne pouvaient se quitter sur un échec : il en allait de la survie de la zone euro. Durement touchée par la pandémie, l’Italie risquait de sombrer dans des niveaux d’endettement insoutenables si aucune aide ne lui était apportée, au risque de provoquer une nouvelle crise de la dette en Europe. Et, cette fois, la Banque centrale européenne, qui tient la zone euro à bout de bras depuis une décennie, risquait de se trouver sans munitions monétaires suffisantes, si les États européens ne prenaient pas le relais avec des dispositifs budgétaires.

C’est cette menace qui a conduit Angela Merkel à faire volte-face et à abandonner la position dure de refus de soutien aux autres pays européens qu’elle avait adoptée au cours des dix dernières années. Alors que la crise sanitaire met à mal toute l’économie mondiale, que la guerre commerciale déclenchée par Donald Trump fait peser un risque sur ses exportations, que les produits chinois sont désormais en concurrence directe des productions allemandes, que l’industrie automobile, pièce centrale de l’économie allemande, connaît une crise existentielle, Berlin ne pouvait se payer le luxe en plus de voir s’effondrer la zone euro, devenue son marché intérieur. « Il est dans l’intérêt de l’Allemagne que l’Union européenne ne s’effondre pas »reconnaissait sans ambages Angela Merkel en juin.

Mais cette conversion de la chancelière allemande, applaudie par la France et les responsables européens, n’a pas convaincu tout le monde. Les dirigeants européens pensaient s’être débarrassés de toute opposition forte avec le départ de la Grande-Bretagne, après le Brexit. Ils ont trouvé face à eux un opposant tout aussi embarrassant : les Pays-Bas. Ceux-ci ont réussi à fédérer autour de leur cause le Danemark, la Suède, l’Autriche et la Finlande. Dès que le premier ministre néerlandais a entendu la proposition de la Commission européenne de lever de la dette sous la signature de l’Union afin de faire profiter les pays européens les plus exposés de taux plus bas ou, pire encore, de leur donner de l’argent sans exiger de remboursement, il s’est opposé de toutes les manières possibles au projet. Avec un succès certain.

Car quoi qu’en disent les communicants de l’Élysée, le couple franco-allemand, sur lequel Emmanuel Macron fait reposer toute sa stratégie européenne, a été sérieusement à la peine pendant ce sommet. Loin de donner le la, il lui a fallu aller de concessions en renoncements pour faire approuver son plan de relance. Tous s’attendaient à des révisions à la baisse par rapport au projet de 500 milliards d’euros de dons aux pays les plus en difficulté, présenté en mai. Mais pas dans de telles proportions.

Pendant le week-end, l’Allemagne et la France annonçaient encore que la somme de 450 milliards d’euros était leur dernière limite, la « ligne rouge » qu’ils se refusaient à franchir. Ils ont finalement transigé à 390 milliards d’euros. Tout le reste (360 milliards d’euros) sera versé sous forme d’emprunts auprès des différents pays demandeurs. Et encore : il faudra que ceux-ci montrent patte blanche.

Même si les pays dits frugaux ont en apparence échoué à imposer des conditionnalités sur le versement des crédits dispensés par l’Union – c’est-à-dire à placer les pays sous la direction de la Commission – et à obtenir un droit de veto – les plans seront adoptés à la majorité qualifiée –, ils ont arraché cependant une possibilité de faire appel dans un délai de trois mois, s’ils considèrent que les pays bénéficiaires ne respectent pas les règles. Surtout, ils ont réussi à imposer un contrôle étroit de la Commission européenne sur tous les projets financés par l’Union. Ce ne sera pas la troïka, qui a laissé un souvenir traumatisant dans toute l’Europe, mais cela ira bien au-delà du nécessaire contrôle pour lutter contre la corruption et le détournement des fonds publics.

Le ralliement de l’ensemble des pays européens aux positions néerlandaises sur ce sujet met en lumière la permanence des schémas macro-économiques dans lesquels s’inscrit le plan de relance. Officiellement, celui-ci est censé marquer une rupture avec l’austérité expansionniste, imposée à toute l’Europe depuis 2008, et qui a valu à la zone euro la croissance la plus faible de tous les pays occidentaux. Mais cet abandon n’est que provisoire, une parenthèse pour faire face à la crise économique provoquée par la pandémie : les critères fixés par les traités existants demeurent.

Surtout, cette mise à l’écart n’est que partielle : les réformes structurelles (retraites, marché du travail, Sécurité sociale, santé) sont toujours de mise. Les mises en demeure de Mark Rutte, qui a insisté sur la nécessité de mener à bien ces fameuses réformes structurelles, n’ont suscité aucun désaccord dans les rangs des autres dirigeants européens. Les financements dégagés par l’Europe doivent servir à des projets à même de mettre en œuvre ces réformes, censées soutenir une croissance durable – ce qui n’a jamais été prouvé, les expériences passées démontrant même le contraire. Mais cela vaut aussi pour les projets destinés à soutenir la transition écologique, le développement numérique.

Tout s’inscrit dans la même idéologie ordolibérale, promouvant les mêmes schémas de croissance que par le passé, la même stratégie de l’offre. À cette aune, le grand plan de relance risque vite de se transformer en un programme de soutien au secteur privé, en excluant toute politique publique, la Commission européenne censurant tous ceux qui seraient tentés de s’écarter du « droit chemin ».

Le risque d’un tsunami social à la rentrée

Mais ce n’est pas le seul risque que comporte ce plan. « L’accord ne sera manifestement pas assez important pour faire face à l’ampleur de la crise que nous traversons », prévenait dès lundi Christopher Dembik, responsable de la recherche macro-économique à la Saxo Bank, alors que les chiffres du plan commençaient à fuiter.

L’économie européenne est encore en apesanteur depuis la fin du confinement dans de nombreux pays. Grâce aux nombreux programmes d’aide et de soutien adoptés par les gouvernements, le chômage, quoique déjà important, reste encore sous contrôle. Mais de nombreux économistes redoutent une envolée de licenciements, des pertes d’emplois et de la précarité, au fur et à mesure que ces programmes vont s’arrêter.Mark Rutte (Pays-Bas), Angela Merkel, Ursula von der Leyen et Emmanuel Macron en discussion lors du sommet marathon. © Francisco Seco /  AFPMark Rutte (Pays-Bas), Angela Merkel, Ursula von der Leyen et Emmanuel Macron en discussion lors du sommet marathon. © Francisco Seco / AFP

D’autant que de nombreux secteurs restent quasi moribonds depuis la fin du confinement. C’est particulièrement vrai pour le tourisme, la restauration, les services, des activités qui représentent 20 % du PIB en Grèce, 15 % en Espagne et 13 % en Italie. Privés des touristes américains et asiatiques qui sont interdits d’entrée en Europe, ces pays sont aussi désertés par les Européens, qui pour beaucoup ont décidé de ne pas quitter leur territoire national, à la fois par prudence et par souci d’économie.

Pour de nombreux observateurs, on risque de reparler très vite de la Grèce, dont tout le plan de sauvetage de 2015 repose sur ces recettes touristiques.

Plus largement, beaucoup craignent un tsunami social et un effondrement de la demande à la rentrée. Si une deuxième vague de Covid reprend en Europe, la situation risque encore de s’aggraver. Selon un scénario de consultant repris par le Financial Times, les banques pourraient faire face à plus de 800 milliards d’euros de pertes liées aux mauvaises créances et aux emprunts qui ne peuvent plus être remboursés. Après la crise sociale et économique, l’Europe n’est donc pas à l’abri d’une crise bancaire et financière.

Face à un tel séisme, les 1 000 milliards de budget pluriannuel européen et les 750 milliards d’euros du plan européen semblent peser peu. C’est à peine 10 % du PIB sur plusieurs années. À titre de comparaison, le gouvernement américain a mis sur la table 3 000 milliards de dollars, sous forme d’aides directes et d’allégements d’impôt, soit l’équivalent de 15 % de son PIB. Le Japon, quant à lui, compte engager des sommes représentant 21 % de son PIB.

LIRE AUSSI

De plus, même si les dirigeants européens ont décidé de ne plus respecter les règles de proportionnalité et de verser en priorité aux pays qui en ont le plus besoin – l’Italie devrait ainsi recevoir quelque 120 milliards d’euros dans ce cadre –, ces sommes risquent de ne pas suffire à combler le fossé entre les pays les plus riches et les plus pauvres de l’Union. Celui-ci risque même de se creuser encore plus profondément avec la crise du Covid-19.

Ainsi, quelque 327 milliards d’euros vont être débloqués par le gouvernement allemand et les Länder pour venir en soutien de l’économie du pays. Cela représente environ 14 % du PIB allemand. Si on exclut les garanties apportées par l’État, qui faussent la présentation des chiffres, les sommes accordées par la France sont à peine supérieures à 6 % du PIB. L’Italie a débloqué des moyens budgétaires représentant l’équivalent de 5 % de son PIB. En Espagne, le stimulus budgétaire est évalué à 3,2 % du PIB.

La crise provoquée par la pandémie risque donc d’exacerber les forces centrifuges qui s’exercent dans la zone euro depuis plus dix ans.

Aucun mécanisme qui aurait permis de s’attaquer aux causes profondes de ces divergences, de commencer à corriger des dysfonctionnements connus de longue date (absence d’harmonisation fiscale, absence de transferts, absence de budget digne de ce nom, etc.), n’est envisagé à ce stade. Au contraire. Les pays dits « frugaux » ont obtenu, en contrepartie de leur accord au plan, un nouveau rabais sur leur contribution au financement de l’Union européenne. L’Autriche va ainsi bénéficier d’une réduction annuelle de 565 millions d’euros, soit le double de celle qu’elle avait précédemment, tandis que les Pays-Bas voient leur rabais annuel monter de 1,57 milliard à 1,92 milliard d’euros.

La solidarité européenne en ressort un peu plus mise à mal. Et tout laisse craindre que ce ne soit qu’un début. Car le plan de relance est adopté mais n’est pas financé. La Commission européenne est prête à emprunter au nom des États membres mais elle n’a pas encore indiqué quelles ressources financières nouvelles elle mettait en face pour rembourser ces prêts. On parle d’une taxe sur le CO2 aux frontières, d’une taxe sur les Gafa, voire d’une taxe sur les transactions financières. Mais rien n’est arrêté à ce stade. Forts de leurs premiers succès, les pays dit « frugaux », parmi lesquels figurent de nombreux adeptes du dumping fiscal, risquent à nouveau de brandir leur droit de veto sur des mesures qui toucheraient à leurs privilèges.

Au sortir de ce marathon de quatre jours, jamais l’Europe n’a été plus divisée entre le Nord et le Sud, l’Ouest et l’Est. L’accord obtenu ce mardi risque de ne pas suffire à faire oublier le niveau d’acrimonie, de défiance mutuelle entre les différents membres qui s’est exprimé lors de ce sommet. Alors que vingt-trois parlements doivent approuver le plan de relance et le budget pluriannuel, des tensions et des oppositions menacent de resurgir assez vite, imposant le constat que rien n’est réglé.

111 commentaires

TOUS LES COMMENTAIRES

L’Union Européenne s’enlise dans ses contradictions, comment célébrer ce plan alors que 4/5 pays ont mis en échec les 22 autres, ont obtenu un rabais supplémentaire sur leur contribution, ce qui est pour un acquit, qui souligne que la solidarité européenne n’existe pas, elle existe d’autant moins que la Finlande gouvernée par une alliance sociaux démocrates, verts et gauche radicale a soutenu les 4 pays égoïstes: Hollande , Suède , Danemark et Autriche.

Comment un pays gouverné par la gauche a t il pu manquer à son devoir de solidarité pour soutenir le néolibéralisme des 4 égoïstes.

Qui peut croire en cette Europe là.

CE COMMENTAIRE A ÉTÉ DÉPUBLIÉ PAR SON AUTEUR.

Enfin une nouvelle étape d’intégration Européenne.

Il était temps !

Qui aurait cru il y a encore quelques mois que la proposition de la France pouvait fonctionner et arriver une décision des 27 ans pour un endettement commun pour financer les pays les plus touchés ?

Et revoir un couple Franco-Allemand qui fonctionne à nouveau sans pour autant être suffisant, avec un vrai débat sur l’Europe.

Dans son article du 3 juin, Ludovic Lamant écrivait en conclusion deson article «existe-t-il aujourd’hui une majorité de citoyens européens partisans d’un saut fédéral ? »

Je crois que la réponse est claire.

Ce fameux « couple Franco-Allemand » est une chimère qui n’existe que dans les cerveaux embrumés des français, cette formule n’existe pas en Allemagne dans la population.

Vous rêvez éveillé ma parole… L’union européenne est au niveau zéro de la politique et de la démocratie. Elle a été conçue sur mesure pour les entreprises transnationales et les banques, qui profitent au maximum des gesticulations egoistes de chaque Etat pour s’enrichir d’avantage. D’ailleurs l’extension continue de l’union à de nouveaux pays ne sert pas d’autres intérêts. 

Le saut fédéral n’arrivera jamais, car trop de gens ont un intérêt à ce que la situation reste telle qu’elle.

META « Lou ravi » !

«existe-t-il aujourd’hui une majorité de citoyens européens partisans d’un saut fédéral ? »

L’Europe des 6 a été faite par et pour les oligarques. Alors très jeune, abusé par la propagande télévisée, je l’ai activement soutenue. Depuis, j’ai acquis une expertise économique…

Celle des 27, qui n’est pas fédérale, heureusement, est faite aussi pour les oligarques. Dans tous ces pays, les inégalités explosent au bénéfice des actionnaires et leurs serviteurs, jusqu’à ce qu’une révolution sociale remette l’économie au service de la vie.

europe-muv-q

Est-ce quelqu’un pourrait avoir la gentillesse d’indiquer à Mark Rutte, qu ‘en réponse à son refus de tout transfert de richesses vers les pays les plus pauvres et à son opposition à tout démantèlement des arrangements fiscaux qu’il promeut, les autres pays européens pourraient s´en souvenir le jour pas si lointain où le réchauffement climatique aura mis la Hollande sous eau ?

Exactement. Un jour la HOLLANDE appellera au secours pour lui donner asile. Eh bien, le radin ira se faire voir ailleurs. Ce qu’il sème il le récoltera un jour.

En attendant, ça commence à bien faire que des états minoritaires de 5 à 10 millions d’habitants fassent la loi à ceux qui sont dix ou vingt fois plus nombreux qu’eux. C’est quand même plus facile de gérer une économie dynamique d’un petit état qu’un gros. D’ailleurs, ils vivent de quoi au juste à part leur gouda et les fleurs ? surprised En plus, ce sont eux les gagnants, ces frugaux radins, car ils ont réussi à arracher des rabais alors qu’ils n’ont pas été impactés de la même façon que l’UE du sud.

Merci Martine ORANGE de décortiquer cet accord qui est somme toute moins avantageux que LE MAIRE, MACRON et les autres ne nous le laissent croire.

  Ils feront comme les anglais ont fait en Dordogne quand ils étaient encore dans l’UE: ils viendront gentrifier nos campagnes et pousser les locaux dehors. Les jeunes ne pourront plus se loger car les prix exploseront.

mais ,vous oubliez une chose , les hollandais sont des marchands et d’une part si l’Allemagne va moins bien  , nombre de sociétés hollandaises boivent la tasse, mais aussi  , ce sont eux , qui profitent le plus de situation actuelle , vu leurs fiscalités ultra-accommodante pour les  holdings , ainsi que les droits de brevets …en un mot : le passager clandestin  …..

Oh mais le truc c’est qu’on a déjà plus d’hollandais que d’anglais en Périgord.

FRUGAUX ???  J’ignorais qu’un paradis fiscal pouvait être FRUGAL ! Les distortions sémantiques ont de beaux jours devant elles cryyell

les-fraudeurs-fiscaux-en-vacances

 Droit dans le mur et en fanfare, Macron. 

L’Europe des oligarques et leurs macronards

european-exports-rainer-ehrt
  • NOUVEAU
  • 21/07/2020 20:07
  • PAR MISSMI

La taxe  des transactions financières  a déja été écartée, je crois . Les emprunts ne sont ils pas seulement garantis par l’UE, à chaque état emprunteur de rembourser sa dette, quant à la subvention de 390 milliards cela ne représente qu’un gros tiers du budget de l’UE, c’est à dire pas grand chose pour 27 états . 

environ 52% des 730 milliards que possèdent les 500 premières fortunes de France (le Canard du 15 juillet) donc sans doute moins de 10% de ce que possèdent  les particuliers richisimmes européens (grecs y compris)

L’ensemble représente 10% du budget de l’Europe, ce qui est énorme.

Et ce sera bien la première fois qu’un emprunt soit réalisé par l’Europe directement.

Après le Covid ? Les pays riches ont donné une piécette à la sortie de la messe, en exigeant de réduire leurs parts dans le budget, en pratiquant la fraude fiscale (hollande, irlande, luxembourg, etc).

Une pièce de 750Md quand même laughing

Il n’est pas pertinent de comparer ce plan de relance au budget de l’UE. Il faudrait plutot le mettre en regard du PIB des pays de l’UE…

  • NOUVEAU
  • 21/07/2020 20:08
  • PAR JLMFI

Un accord coude à coude

file7bjdno3v5yw1mo18p4et.jpg?h=100065cd&itok=64L_Hg83

Certainement il aurait été humiliant pour Michel un jour de Fête Nationale à Bruxelles de repartir bredouille, et Von Der Leyen avait à faire illusion… 

Quant à Macron, une fois de plus il a fait le Tartarin, menaçant de quitter la salle dimanche pour in fine se coucher se disant comme un banquier le fait face à un débiteur sans un , bon.. c’est mieux que rien. 

Les Pays Bas paradis fiscal et Rutte font perdre 10 milliards à l’UE et donc à la France par leurs largesses fiscales. 

Les pays du nord ne lèvent pas un petit doigt pour la gestion des frontières sud de l’UE – 2000 milliards dépensées par les Etats du Sud- et viennent donner des leçons de gestion alors que leur niveau de dette privée met en danger le système lui même. 

Face à cela, la France que Macron réduit à la mendicité quant aux masques, à la gestion sanitaire dans les DOM TOM a cédé parce qu’il n’a strictement aucun moyens de faire céder qui que ce soit. Il a mis pour rire la question des Droits de l’Homme sur la table sachant que si la Hongrie comme la Pologne avaient voté contre le plan , alors tout le monde rentrait chez lui sans accords. 

Merkel quant à elle avait besoin de se faire une image européenne… de donner du lustre à son mandat de présidente de l’UE (présidence tournante)… mais à part ça, voici un accord vendu comme une nouvelle fois « la dernière chance »… 

L’UE est devenue une sorte de religion … avec ses mythes, ses mystifications ,ses grands messes, ses intégristes dont la télé du dimanche était remplie. Le dieu de cet aréopage exempt de tous comptes à rendre à un quelconque peuple s’appelle Marché… Cette UE a à son compte un bilan glorieux … la ruine des services publics et des dizaines de milliers de morts lors du COVID chez ceux qui ont eu à respecter à la lettre ses recommandations, qui sont venus s’ajouter au nombre déjà lourd des 15 000 morts du chômage chaque année. 

C’est vrai. Parmi les choses imposées par l’UE avec des dizaines de relances sur le sujet : la baisse des dépenses de santé, qui vont continuer en France malgré le Covid. Macron obéit, comme hollande, comme sarkosy, et obéira.

  • NOUVEAU
  • 21/07/2020 20:19
  • PAR ANCO

Ah merci Mme Orange ! Ce concert de louanges dégoulinant devenait indigeste !

La presse fut si verrouillée, qu’aucune réaction n’a paru, à part les épouvantails MLP et Mélenchon + Hollande curieusement. Tous au piquet ?

L’historique journée était concentrée sur Macron !! Notre héros…

Notons que, de tout ceci, on ne nous a jamais demandé notre avis, et que, ce qui ressemble fort à un début d’intégration, dont Macron se vante, s’est fait à notre insu !

La démocratie s’affaiblit avec une Europe encore suturée de toutes parts…pas de quoi se congratuler..

voilà ce que dit en résumé un des « épouvantails »:

« il n’y a pas de mutualisation des dettes et que les États devraient tout de même payer la dette. Il a expliqué que, de surcroît, une telle mutualisation des dettes ne serait pas avantageuse pour notre pays et qu’il fallait des subventions directes.

…nouveaux rabais accordés aux pays «frugaux», budget de la PAC en baisse baisse, budget de la santé supprimé, le budget de la recherche diminué de 60% et budget de l’agriculture bio quasiment annulée. … la France était contributrice nette au budget de l’Europe et que les dépenses allaient encore augmenter. »

« On parle de pays « radins » mais on devrait parler de pays voyous parce qu’ils nous prennent beaucoup d’argent en favorisant l’évasion fiscale. »

« Allemagne, Pays-Bas, Autriche, Danemark, Suède : 10 milliards de rabais chaque année. Macron a cédé. La France paiera 20% à leur place : 2 milliards d’euros. Le salaire de 40 000 soignants. »

Tous au piquet? demandez vous?

non, ils pensent que malgré quelques inconvénients, ça favorisera l’Europe des régions ou le fédéralisme, ils ne peuvent donc pas être vraiment critiques

Ce qui est présenté comme une grande victoire pour l’Europe est en fait une bien étrange défaite.

On peut être pro-europeen et ne pas vouloir de cette Europe là qui ne va plus nulle part. 

Ces 750 milliards vont servir:

– à « endetter » encore un peu plus les Citoyens, par un détournement au profit de la lepeno-attalo-macronie: plus de bagnoles, faut sauver peugeot et la diesel, de glyphosate, d’escroqueries à l' »isolation », de tas de ferraille kohler, de blanchiment d’argent sale, de corruption, plus d’écocide, de chômage, d’exclusion,

– moins d’hôpitaux, d’écoles, de recherche,

Rien ne sera fait pour répondre aux besoins réels de la population et de la Planète, des Peuples frères: toutes nos dernières ressources auront été englouties et nous serons en plus obligés de remettre en état un pays toujours plus abîmé par les crimes à 750 milliards de macron.

L’Horreur. Nous n’avons pas besoin de « relance », il ne faut pas accepter ces 750 milliards.

Traité de Lisbonne.  Je fus fonctionnaire à la Commission (sous Delors) et fier de l’être, les Etats ont mis la Commission sous l’éteignoir suite aux élargissements catastrophiques (cf Pologne, Hongrie, Rép tchèque.  La Commission fonctionnait trop bien avant 2005, on était une trop bonne administration, les Etats l’ont tuée

un accord arraché « au prix fort » [Le Point], est-ce le fameux « quoi qu’il en coute » !?!!

laughing

La raison essentielle de cette « réussite » et de tous les efforts consentis pour y arriver tient à cela :  éviter de donner l’occasion aux grands investisseurs de jouer sur les écarts de taux des émissions du trésor entre les pays du sud et les pays du nord. Ecarts qui auraient signifiés purement et simplement la mort de l’Euroland.

Tous vendus désormais au grand capital ???

Le dirigeant des Commissions Ouvrières espagnoles (CCOO) : 

Podemos :

Image

Et je pourrais ajouter Die Linke en Allemagne, les syndicats italiens…

Oui mais sur Mdp certains sont beaucoup plus à gauche qye Podémos ou les CcOo mdr….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.