CONFÉRENCE DE MACRON : « FINALEMENT, ON VA FAIRE COMME J’AVAIS DIT… »

Facebooktwittermail

Emmanuel Macron n’a toujours pas compris ce qui s’est joué depuis le mois de novembre. Il croit toujours avoir affaire à un mouvement social que l’on peut calmer par quelques mesures catégorielles. Un peu de baisses d’impôts, une ré-indexation des retraites, une dose d’aide aux familles monoparentales. C’est formidable, et les intéressés pourront le remercier. Mais cela ne répond en rien à la question posée. D’abord parce que le discours présidentiel se résume à un monumental « cause toujours ». Vous avez débattu, vous avez joué le jeu et émis des propositions, mais finalement, on va faire comme j’avais dit… Le vote blanc, le RIC ? Non, ça restera dans les tiroirs, mais en échange, on va faire cette réforme institutionnelle que l’affaire Benalla a ajournée. Un tiers de députés en moins, histoire d’affaiblir encore un peu le Parlement et de déséquilibrer davantage les institutions.

Le mouvement des Gilets jaunes, malgré ses dérives, malgré ses limites, n’est pas un mouvement social mais un mouvement politique, comme les prémices d’une révolution. Une révolution avortée mais en concentré, avec 1789, les cahiers de doléance, mais aussi les sans-culottes et l’emballement de la violence. Voilà bien ce qui a tant effrayé les tenants du système économique et politique. Ce qui a surgi était avant tout une aspiration gigantesque à être entendus, et davantage encore considérés. A être pleinement citoyens, c’est-à-dire maîtres de leur destin. « Ils s’arrogent le monopole du peuple », ont dit certains. Non. Mais ces gens de tous horizons, de tous bords politiques et de milieux divers, qui étaient sur les premiers ronds-points ou qui soutenaient – 80% des Français fin novembre et début décembre – voulaient rappeler qu’ils étaient une part du peuple, et que le peuple est souverain, que les représentants doivent représenter le peuple et non se substituer à lui pour décider à sa place.

Emmanuel Macron a-t-il compris cela ? Non. Il s’est appuyé sur les doctes voix qui martèlent que seule la démocratie représentative est véritablement démocratique, sans comprendre que ce mouvement ne rejetait pas la démocratie représentative mais son dévoiement au profit d’élites repliées sur elles-mêmes et persuadées d’être seules détentrices de la raison et de la responsabilité, seules à savoir quelle est la bonne gouvernance, créatrice de richesses.

La fin de l’empire soviétique a vu les affidés du communisme se radicaliser jusqu’à nier le réel, expliquant que si le réel était cauchemardesque, c’est parce qu’on n’était pas allé assez loin dans le communisme. La logique néolibérale est rigoureusement la même. Nous allons droit dans le mur ? Accélérons !

Emmanuel Macron n’a pas tort sur tout. Personne n’a jamais tout faux. On peut même être certain qu’il croit mener la politique qui va faire réussir la France. Mais réussir à quoi ? A entrer dans un mouvement de concentration de l’économie dans laquelle la richesse va à la richesse, les capitaux aux capitaux. Concentration dans les métropoles, concentration autour des grands groupes, et pas de ruissellement, mais d’immenses déserts. Et puis on compense. Puisque les citoyens, ceux qui ont arboré un gilet jaune et ceux qui ont soutenu, les 80 %, réclamaient plus de services publics, on va leur mettre une « maison des services » dans chaque canton. Un fonctionnaire qui les aidera à remplir leur déclaration d’impôts ou à toucher les aides de la CAF. Monumental contresens. Ce que les citoyens entendent par Etat et service public, ce ne sont pas quelques fonctionnaires dans un bureau pour remplir la paperasse, ce sont des routes, des hôpitaux, des lignes de train, des écoles, bref, de l’aménagement du territoire. Le signe que la République est présente pour tous les citoyens. Le signe, aussi, que l’Etat régule et protège, qu’il maintient la vie économique dans chaque territoire et ne se contente pas de garantir le RSA partout où les usines ont fermé, où les paysans se sont pendus.

« Les Gilets jaunes », aujourd’hui, ça ne veut plus rien dire. Il ne s’agit pas de répondre à un mouvement diffus, pas même d’y mettre fin. Concentrer le discours sur eux, c’est faire croire que la crise politique et culturelle que traverse la France ne toucherait qu’une partie infime de la population. L’enjeu est beaucoup plus vaste. Il est d’empêcher que la prochaine secousse ne soit plus violente encore. Il est d’organiser les moyens de l’Etat pour que chaque citoyen se sente pleinement appartenir à la communauté nationale. Il est de faire en sorte que les haines ne s’approfondissent pas entre ceux, d’un côté, qui ruminent leur rancœur contre les « élites », et ceux, de l’autre, qui s’imaginent que des diplômes ou un statut social leur donnent une légitimité pour décider sans le reste du peuple, et même contre lui, ce qui est bon pour le pays. C’est tout l’enjeu de la démocratie. Ne pas le poser en ces termes, essayer d’esquiver en accusant les mauvais coucheurs de dérive populiste, c’est faire un immense cadeau à tous les véritables extrémistes, c’est leur offrir sur un plateau la colère et le désespoir du peuple.

Natacha Polony

Une réflexion sur « CONFÉRENCE DE MACRON : « FINALEMENT, ON VA FAIRE COMME J’AVAIS DIT… » »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.