Mort de Cédric Chouviat : maquillages de la vérité jusque dans la hiérarchie policière

Décès de Cédric Chouviat: des mensonges de policiers couverts par leur hiérarchie

21 JUILLET 2020 PAR PASCALE PASCARIELLO

Les derniers éléments de l’enquête sur le décès de Cédric Chouviat que Mediapart et Libération ont pu consulter révèlent non seulement la responsabilité des quatre policiers mais également celle de leurs collègues et de leur hiérarchie intervenus à la suite de l’interpellation.

Cédric Chouviat, 42 ans, est décédé à la suite de son interpellation le 3 janvier à Paris. Confiées à l’Inspection générale de la police nationale, les investigations ont conduit, les 7, 8 et 16 juillet, les juges d’instruction à mettre en examen et à placer sous contrôle judiciaire pour « homicide involontaire » trois des quatre fonctionnaires de police, auteurs de ce contrôle qui a dégénéré, avec interdiction d’entrer en contact avec tout ou partie de l’équipage. Le quatrième agent, une policière, a été placé, le 10 juillet, sous le statut de témoin assisté, information confirmée par le parquet de Paris.  ( lire la suite ... )

Croissance du nombre de morts du aux forces de l’ordre

676 MORTS À LA SUITE D’INTERVENTIONS POLICIÈRES OU DU FAIT D’UN AGENT DES FORCES DE L’ORDRE (en 45 ans)

Une base de données de BastaMag, compilée et analysée par Ivan du Roy et Ludo Simbille.Graphiques interactifs : Philippe Rivière // Design : Christophe Andrieu.

Les forces de police et de gendarmerie ont pour mission d’assurer la sécurité des personnes, des biens et des institutions. À ce titre, elles disposent du pouvoir de recourir à la force et d’utiliser leurs armes à feu, dans des circonstances précises. Ce pouvoir, conféré par l’État, occasionne des morts. Qui sont-ils, pourquoi et comment sont-ils tués ? Dans quelles conditions l’action des forces de l’ordre se révèle-t-elle fatale ? ( lire la suite ... )

Cas de force majeure – L’histoire de Sofiane

Retour sur l’histoire de Sofiane, un de ces travailleurs à qui l’on n’a pas demandé de se confiner. Le 24 mars 2020, il a oublié son attestation de sortie pour se rendre à son poste de nuit. Il a payé le prix fort et ses séquelles seront plus lourdes que s’il avait attrapé le virus. Son histoire est aussi la nôtre, celle du pouvoir que l’on donne à une armada de voyous avec insignes et armes.

https://blogs.mediapart.fr/remedium/blog/180520/cas-de-force-majeure-lhistoire-de-sofiane ( lire la suite ... )

Envie de manifester ? prévoyez 135 euros !

La dictature en marche…

Je rentre d’un rassemblement de soutien aux soignant.e.s devant l’hôpital de Valence.

Pendant 1h, on chante, on applaudit, à distance réglementaire, avec une majorité de gens masqués (on devait être une cinquantaine, Enseignant.e.s, Gilets jaunes, syndiqué.e.s, citoyen.ne.s dont certain.e.s se sont investi.e.s pour aider l’hôpital, fabriquer des masques, récolter du matos…) devant l’entrée de l’hôpital.

Les forces de l’ordre sont présentes à distance (Flashball de sortie quand même…), tout se passe bien… Jusqu’à ce qu’on décide de quitter les lieux et que des voitures de policiers surgissent pour nous contrôler et nous verbaliser dans les rues proches de l’hôpital. Au moins 10 pv de 135 euros….J’en suis… ( lire la suite ... )

DÉCONFINEMENT : LE DROIT DE MANIFESTER A ÉTÉ ABOLI

– Les rassemblements interdits et réprimés partout –

Le virus a fait une victime de plus de France : le droit de manifester. Hier, samedi 16 mai, dans toute la France, des dispositifs policiers hallucinant ont empêché tout rassemblement. Face à quelques dizaines de personnes respectant les consignes sanitaires, la brutalité et la répression la plus aveugle à chaque fois. De nombreuses personnes ont été verbalisées, arrêtées ou même blessées par les forces de l’ordre. ( lire la suite ... )

CONTRÔLEE PAR LES GENDARMES

Lundi 20 avril, 16h 55, je suis avec mon petit fils T…, 4 ans et demi près de l’étang de Lagarde Enval. Nous avions quelques mouches à donner aux poissons et j’avais promis que nous les porterions aux poissons de l’étang.

Quelques gouttes de pluie tombent et font de jolis cercles sur l’eau. Les poissons eux aussi se donnent en spectacle en provoquant une multitude d’ondes.

Nous repartons enfin vers ma voiture quand une voiture de la gendarmerie s’arrête à mon niveau. Trois gendarmes sortent, sans aucune protection. L’un d’entre eux m’interpelle en gardant ses distances me demandant de lui présenter mon autorisation de sortie, une carte d’identité, mon permis de conduire, me demandant où j’habitais, qui était l’enfant avec moi et me rappelant à l’ordre : « les sorties en bord de l’eau sont interdites ; vous avez dépassé le temps réservé à la détente et pour se détendre on ne prend pas la voiture ». Il n’y avait pas d’agressivité dans son propos. IL a enregistré dans son appareil informatisé les informations que je lui ai données. ( lire la suite ... )

On manquait de masq… de drônes, ils sont commandés !!!

Covid19 : l’Etat en profite pour instaurer une société de contrôle

Alors que l’hôpital est toujours en pénurie de masques et de blouses faute d’anticipation par l’Etat et qu’on fait plus de contraventions que de tests, la mécanique d’une société de surveillance se met en place. Voilà qu’on nous sort des bizarreries telles que des commandes de « micro-drones du quotidien » pour surveiller la population.
Certains des drones seront même dotés de capteurs thermiques.

Il y a quelques jours on parlait déjà d’une commande de 3,6 millions d’euros de gaz lacrymogène faite début mars. Cette nouvelle commande s’élève elle à 3,5 millions d’euros. ( lire la suite ... )

Les pratiques «illégales» du préfet Lallement : enquète Mediapart

7 mars 2020 Par Pascale Pascariello ( EXTRAIT )

Mediapart s’est procuré plusieurs notes de la gendarmerie nationale et de CRS qui questionnent la légalité des ordres donnés par le préfet de police de Paris : « Des pratiques contraires à la législation ainsi qu’à la réglementation » et « des emplois disproportionnés de la force »

Partager Tweet

Bien que vivement critiqué, le préfet de police de Paris Didier Lallement continue de bénéficier du soutien du ministre de l’intérieur Christophe Castaner qui affirmait le 19 février : « Il n’y a pas de problème Lallement. » ( lire la suite ... )

Manifestations : de nouvelles unités créées pour « passer à l’offensive »

Le photographe Nnomam Cadoret a filmé le passage à tabac d’un homme par des policiers portant des casques de moto, au cours de la première manifestation contre la réforme des retraites, en décembre dernier. Ces agents font partie d’une nouvelle brigade créée pour encadrer ces rassemblements.

franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le 10/02/2020 | 19:03
publié le 10/02/2020 | 19:03

Le 5 décembre dernier, boulevard Magenta, à Paris, des policiers avec des casques de moto frappent un homme à terre, avant de prendre la fuite. L’auteur de ces images est le photographe Nnomam Cadoret. Ce jour-là, il couvrait la première grande manifestation contre la réforme des retraites. « J’étais au milieu de la route, il y avait des gaz lacrymogènes un peu partout, on entendait des détonations derrière. C’est à ce moment-là que j’ai vu la scène, je me suis approché et j’ai commencé à filmer », raconte-t-il. ( lire la suite ... )

Appel à présence au tribunal

Lors d’une action gilets jaunes à Ussel en juin dernier où nous promenions notre « poussin » jaune, 7 camarades ont été après coup verbalisés, 135€ et 3 points pour 6 d’entre eux et 135€ pour la dernière.

Nous avons décidé collectivement de contester cette répression et nous serons défendus par deux avocats

Ils appellent à venir nombreux pour les soutenir.

L’audience aura lieu:
Vendredi 14 février à 9h00 au tribunal de police de Tulle

Si vous pouvez venir, organisons nous pour covoiturer… ( lire la suite ... )

La police dans les écoles : la barbarie est en marche

Chers camarades

La violence policière a désormais envahi nos écoles; nos enfants passent leurs examens avec un policier dans le dos, des dizaines de mineurs sont mis en garde à vue.

Dans les entreprises, les attaques se multiplient contre les militants syndicaux comme en Corrèze à La Poste, Leroy Merlin ou Tellis.

Depuis 2019, des centaines de manifestants ont été blessés et mutilés, la liberté de manifester est gravement mise à mal.

La police continue de traquer les populations des banlieues depuis des années allant jusqu’au décès non élucidé d’Adama Traoré parmi d’autres. ( lire la suite ... )

Cadeau de Castaner : arrêt grenade GLIF4 = remplacée par une 1,6 fois plus puissante

Article BASTAMAG

Une grenade aussi dangereuse va remplacer celle retirée par le ministère de l’Intérieur

PAR SOPHIE CHAPELLE 27 JANVIER 2020

« Un faux geste sans changement de stratégie »dénonce la Ligue des droits de l’Homme (LDH). Les raisons de ce scepticisme ? Christophe Castaner a annoncé, le 26 janvier, le retrait immédiat de la GLI-F4, une grenade explosive composée notamment de 26 grammes de TNT. Cette charge explosive a valu à un zadiste et, d’après le décompte du journaliste David Dufresne, à cinq gilets jaunes, de perdre leurs mains, arrachées par l’explosion. La France est le seul pays d’Europe à l’utiliser, selon un rapport commun de l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) et de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) publié en 2014. ( lire la suite ... )

Bon c’est dans le sud … ils en rajoutent toujours ! (lacrymos)

Les mots sont durs mais la vidéo parle d’elle même.