POURQUOI IL FAUT REFUSER LA « PRISE EN COMPTE DE LA PÉNIBILITÉ AU TRAVAIL » :

Ce texte est long, mais il donne un éclairage très intéressant sur la question.Frustration MagazineJ’aime la Page7 janvier, 08:43 · 

POURQUOI IL FAUT REFUSER LA « PRISE EN COMPTE DE LA PÉNIBILITÉ AU TRAVAIL » :

Aujourd’hui, alors que le projet de loi est « rédigé à 95% » et déjà envoyé pour relecture au Conseil d’Etat, les syndicats sont reçus au ministère du travail pour « négocier ». Et une petite carotte a été agitée sous leur nez par le gouvernement : « prendre en compte la pénibilité pour partir plus tôt à la retraite », quelle bonne idée, sociale et de bon sens ! Ce serait la « clef pour sortir du conflit » nous dit-on. La CFDT applaudit, plusieurs syndicats approuvent, les grands journalistes attendent que les grévistes rentrent chez eux. ( lire la suite ... )

1100 médecins démissionnent de leur fonction administrative dans les hôpitaux publics

Économies faites sur l’hopital = 10 milliards en 10 ans

+15% de productivité en 10 ans pour 2% d’augmentation de salaire

les salaires d’ infirmières en france sont au 28ème rang sur les 32 pays de l’Ocde

La proposition du premier ministre = 200 millions par an pendant 3 ans (sur un budget de plus de 80 milliards)

Ces 1100 médecins démissionneront le 26 janvier si la réponse du gouvernement n’est pas satisfaisante.

Il y a 400 postes d’infirmiers vacants rien qu’à l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris », où 900 lits ont été fermés faute de personnel ( lire la suite ... )

Quelquefois la justice : le beau verbe du verdict du procès Orange

Le proces france telecom s achève sur un jugement historique et exemplaire

Rarement critique du néo-management tel qu’il se pratique dans les entreprises, de la violence individuelle et collective qu’il concentre, n’a été faite de manière aussi précise, en si peu de mots. Voici un extrait des 345 pages de compte rendu de verdict du procès ORANGE :

Oui, il existe bien un harcèlement moral institutionnalisé. « Loin de se réduire à un conflit individuel, le harcèlement moral peut avoir ses racines profondes dans l’organisation du travail et dans les formes de management », a-t-il rappelé. ( lire la suite ... )

Que serait la « Cité en commun » ? Communs, communalisme et anticapitalisme

Depuis une dizaine d’années, les pratiques et les concepts liés aux « communs » et au « communalisme » (ou « municipalisme») se sont beaucoup développés. Ce qui est en leur cœur est une nouvelle conception de l’agir social qui repose essentiellement sur l’autogouvernement et le partage. Pierre Sauvêtre nous explique le potentiel révolutionnaire de ces approches qui donnent la prééminence à la solidarité et instituent le pouvoir de chacun de décider des règles qui organisent ses lieux de vie, son travail, sa commune, et finalement la société tout entière. Lire l’article ( lire la suite ... )

Et si vous preniez un retraité hors la loi pour réformer vos retraites ????

UN HORS LA LOI pour piloter les retraites !!!

« Après avoir démissionné de la présidence d’un think tank où il était rémunéré 5 300 euros par mois, Jean-Paul Delevoye annonce à CheckNews qu’il va rembourser toutes les sommes perçues. Selon les experts que nous avons interrogés, ce cumul entre une activité professionnelle et un poste au gouvernement était contraire à la Constitution. »
https://www.liberation.fr/…/delevoye-n-avait-pas-le-droit-d…

Bizarre comme le métier de prof n’attire plus …

Ben ???comprends pas ! 🤔 où sont passés les candidats ? Personne ne veut donc :

– un salaire le plus bas de l’ocde, bloqué depuis des années avec un point d’indice gelé et une perte du pouvoir d’achat de 18% en dix ans , selon les chiffres de L’INSEE ?

– des classes de 35 élèves et des heures supp imposées.?

– une  » mission  » élastique qui fait qu’on peut t’imposer autant de tâches qu’on le désire car aucun contrat ne stipule ton nombre d’ heures hors les heures devant élèves : réunions, commissions, conseils de classe, journées portes ouvertes, réunion parents- profs, conception de projets, préparations de sorties, activités, concertations avec Cpe ou infirmière, accueil de parents qui ne peuvent venir qu’après dix-huit heures, correction de copies gratuite de Bts ou de certification en langue, le soir au lycée jusqu’à 20 heures, ou chez toi après ta journée de cours ou le jour que tu réserves à la correction de tes propres copies. ? ( lire la suite ... )

Et cette réserve de 150 milliards qui équilibre déjà les retraites ?

On a un total de réserve de 150 milliards (…) C’est comme si vous aviez 100 euros de découvert à la fin du mois, que vous aviez 15.000 euros d’épargne et que vous paniquiez parce que vous n’allez pas pouvoir finir le mois ». – Gilles Raveaud

Pour financer la lutte dessinée…
▶️ https://fr.tipeee.com/allan-barte 😘

▶️ Source: http://www.regards.fr/la-midinale/article/gilles-raveaud-la-reponse-au-deficit-du-regime-des-retraites-c-est-l-emploi-il
Ou en résumé, rapidos: https://www.facebook.com/watch/?v=2532029650406948 ( lire la suite ... )

Etranglement des services publics : méthode gouvernementale

La crise hospitalière est la partie émergée d’une crise globale des services publics en France. Cette crise touche aussi la justice, l’école, l’éducation supérieure et la recherche.

Depuis 2000, la stratégie des politiques publiques n’a pas varié: compresser les coûts salariaux en supprimant des postes ou en baissant le pouvoir d’achat des agents du secteur public. Le gel du point d’indice depuis dix ans, la transformation de postes de titulaires en emplois précaires notamment, ont permis de faire des économies tout en dégradant considérablement les conditions de travail. ( lire la suite ... )

LA RECONNAISSANCE FACIALE DES MANIFESTANT⋅E⋅S EST DÉJÀ AUTORISÉE

Depuis six ans, le gouvernement a adopté plusieurs décrets pour autoriser l’identification automatique et massive des manifestants. Cette autorisation s’est passée de tout débat démocratique. Elle résulte de la combinaison insidieuse de trois dispositifs : le fichier TAJ (traitement des antécédents judiciaires), le fichier TES (titres électroniques sécurisés) et la loi renseignement.

L’hypocrisie du gouvernement est totale lorsqu’il prétend aujourd’hui ouvrir un débat démocratique sur la reconnaissance faciale : il en a visiblement tiré les conclusions depuis longtemps, qu’il nous impose déjà sans même nous en avoir clairement informés. ( lire la suite ... )

2 morts violentes d’enfant / semaine, 50 abus sexuels et 200 violences / jour … la TRAHISON du gouvernement

Article LE MEDIA : le gouvernement abandonne les enfants victimes

Depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, la situation ne cesse de se dégrader. Toutes les semaines, un enfant décède sous les coups. Chaque jour, 50 enfants sont victimes de violences sexuelles, 200 enfants sont victimes de violences.

Décision du gouvernement = suppression du Conseil national de la protection de l’enfance !!!!

Article 2 = une défenseuse enragée de la cause des enfants

Site : rendeznousnosenfants.org

Voir le site PEDO.HELP

Article 3 : FRANCE INTER (cliquer) Extrait ci-dessous

C’est une étude glaçante révélée par l’IGAS, l’Inspection générale des affaires sociales. En France, un enfant est tué par l’un de ses parents tous les cinq jours en moyenne. Et les chiffres ne diminuent pas au fil des années. ( lire la suite ... )

On avait le principe de pécaution ? perdu, le principe d’innovation passera avant !

Article SOCIALTER

En décembre 2018, le « principe d’innovation » a, en toute discrétion, été adopté par les ­députés européens dans le programme-cadre de recher­che de l’Union européenne « Horizon Europe ». Ce principe, qui exige qu’à chaque initiative légis­lative « l’impact sur l’innovation [soit] pleine­ment évalué et pris en compte », a bénéficié du soutien exprès de la Commission européenne la veille du vote : « Nous avons besoin d’appliquer le principe d’innovation afin d’éviter de restreindre indûment le potentiel de technologies encore inconnues et peut-être révolutionnaires, à forte valeur ajoutée pour notre société et notre économie. » Soutien de la Commission, mais aussi et surtout de l’European Risk Forum, lobby des industriels du tabac, des pesticides et de la chimie, artisan du principe d’innovation qui voit cinq années de travail intensif ainsi couronnées par ce vote. Plus qu’un soutien à la capacité d’innovation du Vieux Continent, ce principe est en réalité un missile télé­guidé sur une cible bien précise : le « principe de précaution ». Celui-ci, mentionné dans le traité de Maastricht de 1992 et soutenu par la Cour de justice de l’UE, autorise les décideurs à solliciter des évaluations de risque et employer des mesures restrictives lorsqu’une loi est susceptible de causer une menace sanitaire pour les citoyens ou des dommages à l’environnement. En d’autres termes : jusqu’ici, nous avions un principe qui prônait la prévention, la sécurité et l’intérêt général ; dorénavant, s’ajoute un principe concurrent qui promeut la prise de risque, la compétitivité et les intérêts économiques et sectoriels. Et grâce au vote de décembre dernier, le ­second pourra être invoqué pour écarter le premier.
Pourquoi choisir cet exemple plutôt qu’un autre pour ­ouvrir ce numéro ? Parce qu’il met à nu l’aspect systémique du lobbying. Oui, les lobbyistes peuvent avoir recours à des méthodes frauduleuses, malhonnêtes ou manipulatoires pour protéger leurs intérêts : corruption, ­fabrique du doute, attaques répétées sur les travaux scientifiques indé­pendants, production de faits alter­natifs… Les livres de Stéphane Horel, ­Stéphane Foucart ou Fabrice Nicolino, tous sortis cette année, sont là pour le rappeler et l’étayer. Mais l’influence gagnée par les groupes d’intérêts privés ne saurait s’expliquer uniquement par ces pratiques. En l’espèce : les ­artisans du principe d’innovation étaient identifiés, leur ­objectif manifeste, les effets anticipables, l’action de lobbying documentée par l’ONG Corporate European Observatory et l’opinion publique a été alertée par les médias, des ONG et certains groupes politiques. Si cette action de lobbying a payé alors même qu’elle s’est déroulée en plein jour, c’est certainement parce que les « manœuvres » des lobbies dans les coulisses ne représentent qu’une partie du ­problème. Pourquoi tant de décideurs, élus ou non, sont-ils si sensibles aux arguments des lobbies ? Parce qu’ils viennent des mêmes cursus, arpentent les mêmes couloirs, épousent la même idéologie, circulent parfois entre privé et public, adhèrent à la même vision techno­cratique où le choix politique doit s’effacer face aux données de ­l’expertise. Mais aussi parfois, tout bêtement, parce qu’ils trouvent dans les documents remis par les lobbies des éléments synthétiques et d’un haut degré de technicité, utiles, qui pallient leurs propres insuffisances – que ce soit le manque de temps ou le défaut de compétences… Plutôt que de s’insurger constamment des motifs ou des actions des lobbies, de la probité de tel ou tel élu, d’invoquer le sursaut d’une « société civile » dont on fantasme le pouvoir – ­sinon l’existence –, retournons la perspective et ne faisons pas l’économie d’une réflexion systémique. Soucions-nous de comment notre modèle institutionnel et politique en est arrivé là, car la lobbycratie ne peut avancer que lorsque la démocratie recule. 
Philippe Vion-Dury (rédacteur en chef de Socialter)
> Lire le sommaire détaillé

Election : toujours élu = LE POGNON !

Sarko aurait dépassé de plus de 20 millions d’€ le financement de sa campagne et n’a même pas été élu en 2012. En 2007, on parle de 50 millions d’€ fournis par Kadhafi pour sa campagne.
Pour Macron, ses comptes ne sont pas clairs du tout ! On ne parle pas trop de Hollande, peut-être n’a-t’il pas eu trop besoin de dépasser les 24 millions autorisés mais 24 millions quand-même ! L’élection de Chirac aurait dû être annulée pour irrégularités des comptes par le Conseil Constitutionnel en 1995.
Tout ça pour dire que sans pognon, vous n’avez aucune possibilité de gagner une élection nationale. Donc c’est une caste friquée qui se le partage : les plus riches aident les candidats, les candidats une fois élus renvoient l’ascenseur, toujours, quoi que vous vouliez. ( lire la suite ... )