Facebook censure un pilier des gilets jaunes

La page Facebook «La France en colère – Carte des rassemblements» qui réunit plus de 380.000 membres a été désactivée le 29 juin.

Ses administrateurs assurent ne pas avoir autorisé de publications justifiant une telle action.

https://sptnkne.ws/CRvH

Mar.16 juin, journée soutien à nos soignants à TULLE

Donc, en cette 5ème semaine après le début du déconfinement,
voici une date importante, nationale, qui approche :

Mardi 16 juin, journée de soutien à nos soignants et à notre système de
santé en général : depuis plusieurs semaines les soignants sortent les mardis pour protester et demander des moyens et des embauches, devant leur lieu de
travail…

à Tulle le rendez-vous est à 13h mardi prochain devant l’Hôpital,

pour soutenir l’établissement déjà bien attaqué et les soignants et toutes
les petites mains : avec les syndicats, la CGT par exemple arrivera avec
son cortège de voitures venant de la gare; ( lire la suite ... )

Ces lois « sanitaires » qui nous gâchent la vie

Fred Boutet 7 juin 2020

Jeudi 4 juin au marché d’Argentat : masque obligatoire ! Et les élus de
nous présenter la note du Préfet, lequel reprend la loi qui impose des
« mesures sanitaires ». Voudriez-vous une salle municipale pour
l’organisation de vos activités ? Possible mais : une seule activité par
jour, maximum dix personnes, salle désinfectée quotidiennement ! Entrez
dans n’importe quel bâtiment, vous êtes invités à vous frottez les mains
avec du « gel hydroalcoolique ». Ces mesures nous imposent une certaine
conception de la santé, comme un dogme. Nous devons résister à cette
croyance. ( lire la suite ... )

Conseil National de la Nouvelle Résistance

Hier à Brest,  « Lecture du discours de Pierre Caillaud-Croizat (petit fils d’Ambroise, membre du CNR et l’un des fondateurs de la sécurité sociale) et découverte de la déclaration de principe du Conseil National de la Nouvelle Résistance (CNNR)

ttps://www.facebook.com/ConseilNationalDeLaNouvelleResistance 

révélée le 27 mai 2020 à 20h30, place Wilson à Brest.

120 personnes masquées, à distance et contentes de se voir. Pour un début de quelque chose qui rassemble…

En ce 27 mai, Journée nationale de la Résistance, nous publions RÉSISTONS ENSEMBLE, POUR QUE RENAISSENT DES JOURS HEUREUX  ( lire la suite ... )

La gestion politique des Droits de l’Homme par l’ONU

C‘est long (1h 20) mais ça vaut la peine, et avec le déroulé en minutage, on peut choisir ce qu’on veut écouter

Interview exclusive d’Alfred de Zayas, ex-secrétaire du Comité des Droits de l’Homme de l’ONU

Alfred de Zayas est directeur du bureau des requêtes au Haut Commissariat des Droits de l’Homme de l’ONU, et expert indépendant auprès des Nations Unies pour la promotion d’un ordre international démocratique et équitable.

Alfred de Zayas est avocat et professeur universitaire reconnu pour la rigueur de son travail.

Dans cet interview réalisé par Romain Migus, De Zayas décrit les avancées et les limites du système de protection des Droits de l’Homme de l’ONU et analyse les «  mesures coercitives unilatérales »  (les sanctions économiques et le blocus financier) que les États-Unis et leurs alliés, notamment l’Union européenne, déploient contre certains pays afin de renverser leurs gouvernants (Russie, Iran, Venezuela, Cuba…). Alfred de Zayas les qualifie de « crimes contre l’Humanité ». ( lire la suite ... )

Manif GJ Périgueux

Bonjour à tous,

1/Nous avons réalisé des affiches en reprenant principalement les déclarations de ministres ou de membres du gouvernement, ou d’officiels divers.

2/En pièce jointe nous proposons 2 modèles sur les 5 à finaliser
Finalisés ou en cours : Macron, Philippe, Pénicaud, Buzyn, Véran, Ndiaye, Lallement, Salomon  

3/De samedi en samedi nous pensons faire tourner les modèles par deux (ou un seul à débattre) dans le centre ville de Périgueux et sur le marché.Chaque modèle sera répliqué en 5 exemplaires. Ainsi si on choisi  2 modèles  et 5 affiches par modèles, cela permettra une lecture facile pour les passants. ( lire la suite ... )

Charlie Hebdo à propos de la gestion COVID

( dans cet article les dessins sont aussi saignants que le contenu des textes, qu’en pensez-vous ? )

Charlie Hebdo n’y va pas de main morte,
et n’a pas de mots assez durs pour fustiger la gestion de cette crise sanitaire…

« Un désastre. C’est tout simplement un désastre que vit actuellement la France.
Le mot « crise » ne suffit plus à définir la situation présente.
La France vit des heures de désillusion aussi profonde que celles qu’elle avait connues en mai 1940. ( lire la suite ... )

Envie de manifester ? prévoyez 135 euros !

La dictature en marche…

Je rentre d’un rassemblement de soutien aux soignant.e.s devant l’hôpital de Valence.

Pendant 1h, on chante, on applaudit, à distance réglementaire, avec une majorité de gens masqués (on devait être une cinquantaine, Enseignant.e.s, Gilets jaunes, syndiqué.e.s, citoyen.ne.s dont certain.e.s se sont investi.e.s pour aider l’hôpital, fabriquer des masques, récolter du matos…) devant l’entrée de l’hôpital.

Les forces de l’ordre sont présentes à distance (Flashball de sortie quand même…), tout se passe bien… Jusqu’à ce qu’on décide de quitter les lieux et que des voitures de policiers surgissent pour nous contrôler et nous verbaliser dans les rues proches de l’hôpital. Au moins 10 pv de 135 euros….J’en suis… ( lire la suite ... )

Censure policière du web : ça y est



Pour le retrait de la « loi Avia »7 451 personnes ont signé la pétition de Louis PÉPIN. Prochain objectif : 7 500 !
Signez cette pétition en un seul clic
Depuis le début de la crise sanitaire, c’est le premier texte qui ne concerne pas le Covid qui est présenté (et voté) à l’assemblée. Et il concerne donc la restriction des libertés d’expression sur internet. N’y voyez bien sûr aucun lien.

Ce mercredi 13 mai, l’Assemblée Nationale a donc voter la proposition de loi de Laetitia Avia « contre la haine » sur les réseaux numériques, désormais loi « antiterroriste ». Cette loi, dans la forme qu’elle a pris récemment, donne le pouvoir à la police de juger et de réprimer les contenus qu’elle juge haineux sur Internet.

La police aura désormais la possibilité de supprimer n’importe quel contenu sur internet en une heure ! Et « c’est la police qui décidera des critères pour censurer un site (en droit, la notion de « terrorisme » est suffisamment large pour lui donner un large pouvoir discrétionnaire, par exemple contre des manifestants) ; c’est la police qui jugera si un site doit être censuré ; c’est la police qui exécutera la sanction contre le site. Le juge est entièrement absent de toute la chaîne qui mène à la censure du site. » L’association La Quadrature du Net s’alarme contre ces attaques liberticides inédites.

L’avenir de la presse indépendanteBon, nous ne nous abaisserons pas à dire que la députée LREM qui défend cette loi risque elle-même la censure vu qu’elle a tenu des propos racistes et homophobes, selon des révélations dans Médiapart. On ne dira pas non plus qu’entre des propos, directs ou indirects, qui incitent à la haine envers des individus et des propos qui critiquent des institutions ou des personnalités publiques et politiques, il y a une différence. On ne dira pas non plus ce qu’on pense de la construction dégueulasse de figures terroristes sur des militant.e.s que le pouvoir stigmatise en utilisant la rhétorique de la menace des ultras, reposant sur une volonté d’asservir le peuple, de le faire rentrer, coûte que coûte, dans la norme sociale dominante, et de bâillonner tout écart. On ne dira pas, pour finir, que ce gouvernement musèle tou.te.s les dissident.e.s à grand coup de réformes autoritaires et liberticides, les travailleur.se.s qui se révoltent, les profs qui veulent la liberté d’enseigner, les soignant.e.s qui révèlent les mensonges d’État, et, aujourd’hui, même les écolier.e.s.Non, on ne le dira pas, car on n’en n’a pas le droit, mais après tout, qu’est-ce que la liberté d’expression ?L’avenir est à la prétérition : « Le fait de dire une chose en prétextant ne pas vouloir en parler. »
Article de la Quadrature du Net

« Pour rappel, la proposition de loi initiale demandait aux très grandes plateformes (Facebook, Youtube, Twitter…) de censurer en 24h certains contenus illicites, tels que des contenus « haineux » signalés par le public ou la police. Pour une large partie, ces obligations seront inapplicables et inutiles, Laetitia Avia ayant systématiquement refusé de s’en prendre à la racine du problème – le modèle économique des géants du Web – en dépit de nos propositions, reprises par tous les bords du Parlement.L’histoire aurait pu en rester à ce coup d’épée dans l’eau si le gouvernement n’avait pas saisi l’occasion pour pousser sa politique sécuritaire. Le 21 janvier, alors que la loi était examinée une deuxième fois par une Assemblée presque vide, le gouvernement a fait adopter un amendement de dernier minute renversant toute la situation.Une nouvelle obligation vient éclipser le reste de la loi, ajoutée au paragraphe I de son article 1. Elle exige que tous les sites Web (pas uniquement les plateformes géantes) censurent en 1h (pas en 24h) les contenus signalés par la police comme relevant du « terrorisme » (sans que cette qualification ne soit donnée par un juge, mais par la police seule). Si le site ne censure par le contenu (par exemple car le signalement est envoyé un week-end ou pendant la nuit) la police peut exiger son blocage partout en France par les fournisseurs d’accès à Internet (Orange, SFR…).La séparation des pouvoirs est entièrement écartée : c’est la police qui décide des critères pour censurer un site (en droit, la notion de « terrorisme » est suffisamment large pour lui donner un large pouvoir discrétionnaire, par exemple contre des manifestants) ; c’est la police qui juge si un site doit être censuré ; c’est la police qui exécute la sanction contre le site. Le juge est entièrement absent de toute la chaîne qui mène à la censure du site.Le 26 février, le Sénat avait supprimé cette nouvelle disposition. Le texte revient mercredi pour une toute dernière lecture par l’Assemblée nationale, qui aura le dernier mot. Il est indispensable que les député·es suppriment l’article 1, paragraphe I de cette loi, qui permet à la police d’abuser de son pouvoir pour censurer le Web à des fins politiques – en cherchant à censurer les attaques contre le Président ou contre la police, comme elle le fait déjà. »Signez et partagez cette pétition !
Signez cette pétition en un seul clic
Voir la page de pétition

PENSONS AU SUPER CONFINÉ

Le 18 mai débute la phase 2 de la procédure d’extradition de Julian Assange au tribunal de la Couronne de Woolwich/Belmarsh.
Répondons présents, encore et toujours, pour demeurer les indéfectibles soutiens de l’homme qui sacrifia sa vie pour la vérité contre les grandes puissances, les guerres et la liberté d’expression.

Entraide – récup – solidarité : Montreuil

A Montreuil, le confinement nous a uni.e.s et renforcé.e.s.

Nous sommes début mai, à une semaine de la levée du confinement, à l’heure où l’hélicoptère tourne au dessus de notre quartier. A Montreuil, comme ailleurs, le temps s’est suspendu, nous contraignant à laisser de côté, pour un temps, nos activités quotidiennes. Pour autant, dans les environs, le confinement et le printemps ont vu fleurir des convergences insoupçonnées.

Face à la faillite de l’Etat social, de ses institutions, et à son incapacité à répondre aux besoins les plus élémentaires des individus, accentuée par l’état d’urgence sanitaire, il nous semblait évident de ne pas seulement « rester chez nous » et sombrer dans l’individualisme et le catastrophisme. ( lire la suite ... )

Questions/réponses au député Chassaing (Dordogne) GJ Trelissac

1) Avant ce décret, la demande [d’agrandissement] de Lubrizol aurait dû être soumise à autorisation, ce qui nécessite une étude d’impact environnemental, qui inclut une étude de danger.

[1] toutes usines, fermes, installations d’une certaine taille, susceptibles d’avoir un impact sur l’environnement, et donc réglementées.

2) La loi Essoc de 2018 (loi pour un État au service d’une société de confiance) a fait que le cas par cas, pour les agrandissements et modifications de sites Seveso, n’est plus examiné par l’autorité environnementale, mais par le préfet. ( lire la suite ... )

Hôpital de Périgueux, Polémique covid 19, Colère des soignants, action GIBI

Ci-dessous les liens vous permettant une vision globale de la situation Covid 19 à l’hôpital de Périgueux et la polémique créée par la directrice de l’ARS Marie-Ange Perulli, mettant en cause le personnel de l’hôpital.

1/ Article qui déclenche la colère des soignants:
https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/dordogne/coronavirus-point-situation-dordogne-1820084.html
2/ Article  colère des soignants:https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/dordogne/perigueux/coronavirus-colere-soignants-hopital-perigueux-incrimines-ars-apres-contamination-service-1820446.html ( lire la suite ... )