« Mieux vivre, et si on en parlait ? »

Samedi 12 Septembre, de 9h30 à 12h00 à l’arbre de la Liberté, place André Maurois, Périgueux

Se tiendra un espace d’échanges et de réflexions entre Citoyennes et Citoyens responsables et éveillés qui souhaitent partager des idées, des propositions, des solutions sur différents thèmes autour de « tables communicantes » : RICDémocratie participativeEnvironnementJustice fiscale et socialeGestion des déchetsGestion de l’eauMonnaies localesMonnaies libres, et autres sujets.   ( lire la suite ... )

CHIFFRES COVID = manipulation, résistance

Bonjour à tous et toutes

La radio locale d’argentat ACX feule des spots de propagande d’Etat au
rythme de la demi-heure, entrecoupés de musique. On entend des
enregistrements du « Ministère des Solidarités et de la Santé ». Ils
disent : « Le virus est toujours là » ; « protégeons-nous »…

Mais c’est quoi « LE » virus ?
Anodinement, on se dit : « ah oui, LE virus, c’est covid-19 ».
Ça devient banal. Ils parlent de covid-19 comme si covid-19 de septembre
2020, c’était co-vid-19 de février 2020. Bien sûr que non.
Et après ils disent que c’est grave, qu’il faut porter des masques. ( lire la suite ... )

Non à l’appellation COLLABORATEUR.

La DRH : – « Bonjour Monsieur l’inspecteur, je vous présente mes collaborateurs… »
– Ah, vous avez des gens extérieurs à l’entreprise, ils ne sont pas déclarés ?
– Mais non, bien sûr, ils sont salariés. Ici, dans l’entreprise, bien sûr
– Pourquoi vous les appelez collaborateurs ?
– Mais on les appelle comme ça, ce sont des collaborateurs…
– Mais, Madame, vous savez ce qui caractérise un contrat de travail, c’est un « lien de subordination juridique permanente ». Je parle en droit. Tout salarié est « subordonné ». On ne peut à la fois, être « collaborateur » et « subordonné ».
– Monsieur l’Inspecteur on les appelle ainsi, par respect, pour les associer…
– Madame, le mot « collaborateur » n’existe pas une seule fois dans le Code du travail, restez donc sur un plan juridique, c’est clair : un « salarié » !
– Mais enfin monsieur l’Inspecteur, on a le droit d’appeler nos… nos collaborateurs comme on veut.
– Madame, vous faites de l’idéologie. S’il vous plait, pas avec moi.
– Comment ça ?
– C’est de l’idéologie que d’appeler un salarié « collaborateur ». Ça peut faire croire, qu’il est sur un pied d’égalité avec vous dans son contrat mais ce n’est pas le cas. C’est parce qu’il est subordonné qu’il a des droits. Le code du travail, c’est la contrepartie à la subordination. Supprimer la notion de subordination, ça enlève la contrepartie. Ça fait croire que dans l’entreprise, tous ont le même « challenge », le même « défi », sont dans le même bateau. Jusqu’à ce que le patron parte avec le bateau et que le salarié reste amarré sur le quai au Pôle emploi, et il s’aperçoit alors qu’il n’était pas collaborateur mais bel et bien subordonné… Le patron et le salarié n’ont pas les mêmes intérêts. L’un cherche à vendre sa force de travail le plus cher possible, l’autre veut la lui payer le moins cher possible.
– Là, monsieur l’inspecteur, c’est vous qui faites de l’idéologie !
– Vous croyez ? Bon alors, je propose d’arrêter tous les deux, et pour nous départager, de nous en tenir au droit, au seul droit, donc on parle de « salariés » désormais. Uniquement.
– Bien mais c’est dommage, j’utilise « collaborateur » parce que c’est valorisant…
– C’est vous qui le dites ! Vous ne vous demandez pas pourquoi on n’a pas mis le mot « collaborateur » en 1945-46 dans le code du travail ?
– C’est une question de génération…On n’a pas le même sens pour le même mot…
– C’est certain. « Collaborateur », c’est marqué d’infamie. On n’a donc pas la même approche. Allez, n’en parlons plus, mais encore une fois, soyez correcte : appelez vos salariés des salariés… ( lire la suite ... )

🤖 T SHIRT, MAQUILLAGE, PROJECTION : ESQUIVER LA RECONNAISSANCE FACIALE

En 2012, 935 000 caméras de surveillance étaient recensées en France. Aujourd’hui, il y en a probablement des millions. Et des milliards dans le monde, qui enregistrent nos déplacements dans les rues. A présent, les données se sont interconnectées, permettant de retracer les itinéraires et de ficher à grande échelle. L’émergence de technologies de reconnaissances faciales, déjà testées en France lors du confinement, et beaucoup plus largement en Chine pour contrôler la population, risquent d’anéantir toute forme d’anonymat dans les villes. Et de réduire les libertés individuelles de façon inédite. Outre les masques de protection, quelques pistes pour saboter cette entreprise de surveillance qui va concerner l’humanité à brève échéance : ( lire la suite ... )

14 juillet : soignants et jaunes étaient dans la rue, pas sur les Champs

Le mardi 14 juillet plusieurs milliers de personnes ont manifesté entre la place de la République et Bastille. A l’appel de la CGT et d’autres syndicats, le cortège composé de soignants et de Gilets Jaunes, réclamait davantage de moyens pour l’hôpital. Quelques heures après que le président de la République ait fait défiler des blouses blanches place de la Concorde, le personnel de santé était venu exprimer son mécontentement suite aux annonces du Ségur de la santé.

Ségur, imposture !” scandent les blouses blanches en progressant vers la place de la Bastille. La veille, le 13 juillet le texte, qui prévoit une enveloppe globale de 8,1 milliards d’euros a pourtant été signé par certains syndicats (UNSA, FO, CFDT). L’accord doit permettre une augmentation de 183 euros net pour les personnels paramédicaux. Mais pour Yann Maes, aide soignant monté depuis Arles pour manifester, le compte n’y est pas. “Ils ont donné la carotte, avec les salaires mais tout le reste, reste en plan. C’est-à-dire qu’ils continuent à fermer des hôpitaux, à fermer des lits et c’est pas ce qu’on demandait.” Sylvie Picard, infirmière de nuit à l’hôpital Saint Louis de Paris n’hésite pas à qualifier les syndicats signataires de “traîtres”. ( lire la suite ... )

5G : la face cachée (en une image)

Ne pas oublier que la commission citoyenne missionnée par le gouvernement demande à 98% un moratoire sur le déploiement de la 5G. Quelle réponse du gouvernement : attribuer les licences à partir de septembre 2020 … voir la réaction de Ruffin ici (cliquer)

Bilan Covid par le Pr Peronne

Chère amie, cher ami,

Si vous n’avez pas vu la vidéo, elle est ici

L’interview dure une heure environ.

Au départ, je souhaitais vous en proposer une simple synthèse,
pour ceux qui n’auraient pas eu le temps d’écouter son
intervention intégralement.

Mais, ce que dit Christian Perronne est si grave et si limpide, que
j’ai souvent préféré vous retranscrire intégralement ce qu’il
dit.

Pour vous, qui lisez cette lettre, qui vous soignez naturellement et
qui restez attentifs à ce qui se passe dans le monde, les faits
révélés n’apparaîtront peut-être pas comme totalement nouveaux,
hélas. ( lire la suite ... )

Entraide – récup – solidarité : Montreuil

A Montreuil, le confinement nous a uni.e.s et renforcé.e.s.

Nous sommes début mai, à une semaine de la levée du confinement, à l’heure où l’hélicoptère tourne au dessus de notre quartier. A Montreuil, comme ailleurs, le temps s’est suspendu, nous contraignant à laisser de côté, pour un temps, nos activités quotidiennes. Pour autant, dans les environs, le confinement et le printemps ont vu fleurir des convergences insoupçonnées.

Face à la faillite de l’Etat social, de ses institutions, et à son incapacité à répondre aux besoins les plus élémentaires des individus, accentuée par l’état d’urgence sanitaire, il nous semblait évident de ne pas seulement « rester chez nous » et sombrer dans l’individualisme et le catastrophisme. ( lire la suite ... )

Alerte à la santé, alerte à la liberté : à nous de jouer !

Appel à une prise de conscience et à notre responsabilité … parce qu’il faut bien que tout le monde sache !

Pour commencer cet article mettons nous dans l’ambiance en musique, histoire de ne pas trop s’effrayer …

Voilà le deuxième live organisé par Thierry et ses 3 invités. Si vous ne connaissez pas les intervenants il est toutjours temps d’y remédier en écoutant cette émission en totalité. Pour celles et ceux qui les connaissent déjà, je vous invite à écouter les moments forts qui démarrent vraiment avec Thierry à partir de la 43ème minute, Sylvano à 1h10 etc. La fin est géniale (« les mots de la fin »). De plus en plus de monde commence à se réveiller : 30 000 personnes connecté.e.s. Bonne écoute ! ( lire la suite ... )

Par où on va, on va par où ?

Premier chat détecté porteur du SRAS-Cov-2 en France : la transmission de l’Homme au chat est rare mais la distanciation est recommandée –Source : site de l’ENVA – Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort »

L’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 24 juillet : ce qui va changer.

Des brigades locales, qu’Olivier Véran a qualifiée « d’anges-gardiens », vont venir épauler l’Assurance-maladie dans la recherche des cas contact au-delà de la cellule familiale. La loi va « permettre à ces gens qui ne sont pas des professionnels de santé d’avoir accès exceptionnellement à des données médicales ». ( lire la suite ... )

1/Nous vous laissons apprécier et critiquer de manière constructive cet entretien avec Youssef Hindi, historien des religions, géopolitologue.

Emission passionnante:

la première partie établi le parallèle entre religion et gouvernement mondial 

  • 37:30 il parle de revenu universel, effondrement et fin de la classe moyenne
  • 41:45 Les occidentaux vont-ils se laiser faire ou y aura t-il un sursaut qui a déjà commencé avec les GJ?
  • 42:20 Conséquences catastrophiques du confinement
  • 45:55 Détruire la classe moyenne pour empêcher la révolte ou une réforme des régimes politiques
  • 53:00 Policiers et militaires (actions réactions)

Sources : https://www.franceinter.fr/monde/quan…Quand le coronavirus booste le business des bunkers aux États-Unis
https://www.planet.fr/societe-ca-va-e…faut-il craindre de fortes hausses de prix après le 11 mai ?https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/…    Etat d’urgence et article 16 ( lire la suite ... )

[Guerre] Je vous fais une lettre/ Que vous lirez peut-être/ Si vous avez le temps

« Je vous fais une lettre/ Que vous lirez peut-être/ Si vous avez le temps ». À vous qui êtes féru de littérature, cette entrée en matière évoque sans doute quelque chose. C’est le début de la chanson de Boris Vian Le déserteur, écrite en 1954, entre la guerre d’Indochine et celle d’Algérie.

Aujourd’hui, quoique vous le proclamiez, nous ne sommes pas en guerre, l’ennemi ici n’est pas humain, pas notre semblable, il n’a ni pensée ni volonté de nuire, ignore les frontières et les différences sociales, se reproduit à l’aveugle en sautant d’un individu à un autre. ( lire la suite ... )