[Guerre] Je vous fais une lettre/ Que vous lirez peut-être/ Si vous avez le temps

« Je vous fais une lettre/ Que vous lirez peut-être/ Si vous avez le temps ». À vous qui êtes féru de littérature, cette entrée en matière évoque sans doute quelque chose. C’est le début de la chanson de Boris Vian Le déserteur, écrite en 1954, entre la guerre d’Indochine et celle d’Algérie.

Aujourd’hui, quoique vous le proclamiez, nous ne sommes pas en guerre, l’ennemi ici n’est pas humain, pas notre semblable, il n’a ni pensée ni volonté de nuire, ignore les frontières et les différences sociales, se reproduit à l’aveugle en sautant d’un individu à un autre. ( lire la suite ... )

La phase finale

Nous sommes entrés dans la phase visible du chaos. Elle sera croissante. C’est le moment annoncé où tout va fortement se déstructurer pour trouver un nouvel équilibre auquel nous allons devoir individuellement nous harmoniser. Notre Terre elle-même ne sera pas en reste sur sa nécessité de changement et il nous faudra souvent nous ajuster et toujours accorder nos fréquences à son diapason.

En cet espace-temps, le chemin de la Conscience est et a été douloureux. S’il n’a pas semblé l’être, c’est peut-être que l’on se berce encore de beaucoup d’illusions. Et la phase de chaos va remuer s’il en reste la vase des souffrances encore enterrées au fond de chacun. ( lire la suite ... )

Compte rendu de la soirée bilan des luttes en Corrèze

Compte rendu de l’article précédent

Une étape de concertation et de mise en commun sur le chemin des luttes, c’est toujours bon à prendre. La soirée du 7 à la salle Latreille à Tulle devait nous recharger en énergie militante.

Nous avons pu mettre des visages sur une dizaine de services publics qui résistent à la casse du gouvernement. (il manquait quand même les cheminots et d’autres … ) 

Une représentante des infirmières et personnels de santé en lutte nous a bien dit que les manifestations c’était même pas envisageable pour aucune d’entre elles, tant elles sont déjà sous pression, en sous effectif et en mode quasi réquisitionné afin d’apporter le minimum aux patients. ( lire la suite ... )

La police dans les écoles : la barbarie est en marche

Chers camarades

La violence policière a désormais envahi nos écoles; nos enfants passent leurs examens avec un policier dans le dos, des dizaines de mineurs sont mis en garde à vue.

Dans les entreprises, les attaques se multiplient contre les militants syndicaux comme en Corrèze à La Poste, Leroy Merlin ou Tellis.

Depuis 2019, des centaines de manifestants ont été blessés et mutilés, la liberté de manifester est gravement mise à mal.

La police continue de traquer les populations des banlieues depuis des années allant jusqu’au décès non élucidé d’Adama Traoré parmi d’autres. ( lire la suite ... )

Manif des ‘gilets jaunes’ : « Moi, dircab du Préfet, de leur point de vue, j’ai basculé dans le camp de l’ennemi »

04/02/2020

Laurent est passé dans « l’autre camp ». Il était directeur de cabinet du Préfet en charge du maintien de l’ordre. Il dit aujourd’hui manifester avec les ‘gilets jaunes’ au « nom des mêmes valeurs qui lui ont fait servir l’Etat ». Laurent et Philippe racontent leurs choix et leur changement de camp.

Sur ces images, très largement diffusées sur les réseaux sociaux, un policier semble ouvrir le feu à bout portant sur des manifestants protestant contre la réforme des retraites, le 9 janvier à Paris.
Sur ces images, très largement diffusées sur les réseaux sociaux, un policier semble ouvrir le feu à bout portant sur des manifestants protestant contre la réforme des retraites, le 9 janvier à Paris.• Crédits : Capture d’écran Twitter

Le samedi 18 novembre 2019, en plein mouvement des « gilets jaunes », à la suite d’une journée particulièrement mouvementée, ponctuée d’affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre. Didier Lallement, préfet de police de Paris, se trouve place d’Italie pour constater les dégâts et répondre aux multiples interviews des chaînes en continu. Il est interpellé par une manifestante-« gilet jaune » et lui adresse en retour une de ces petites phrases qui restera dans les annales du mouvement : « Et bien, nous ne sommes pas dans le même camp, Madame !’ lui dit-il avec un certain dédain qui en dit long. » ( lire la suite ... )

«Je pense que le gouvernement a peur de ce que représentent les Gilets jaunes»

Un plaidoyer pour les gilets jaunes, avec beaucoup de sincérité (peu importe que ces propos viennent d’une personne encartée dans tel ou tel parti, ce sont les propos ici qui nous importent, et cette sincérité est touchante); et même s’il ne suffit pas d’en rester là, ce témoignange pour ce 64 ème samedi de gilets jaunes n’en reste pas moins émouvant.

FORUM DES LUTTES – TULLE – 7 février

Des militants, syndicalistes notamment, organisent en Corrèze un FORUM DES LUTTES le 7 Février à TULLE. 

Des collectifs, coordinations  s’exprimeront pour retracer leurs engagements, leurs luttes , et donneront des perspectives pour la suite. 

Dossier retraite et mobilisation : ne rien lâcher surtout, et surtout pas maintenant !…

Depuis le 5 décembre, la grève se poursuit plus que jamais : la mutation de la mobilisation qui s’étend des lycéens jusqu’à l’armée, la plupart des corps de métiers qui rentrent dans la danse : après la notification du Conseil d’Etat retoquant le projet du gouvernement , celui-ci va avoir de plus en plus de mal à passer en force. Quelques points de repères :

En dépit de l’aveuglement et de la surdité du gouvernement qui (a peur) et veut essayer de passer en force sa contre réforme via multe ordonnances, (et en dépit du conseil d’Etat qui vient de critiquer sévèrement le projet de retraites), ce n’est qu’un début, une avancée vers la victoire de la mobilisation de plus en plus générale, on peut vraiment parler de durcissement de la grève, notamment via la diversité des actions, – comme cette pétition pour la destitution du gouvernement, ou tel que vous l’entendrez dans les dernières éditions de « Marche ou grève » : EDF-GDF, les avocats (tous les barreaux mobilisés), les enseignants, (Henri IV et Louis Le Grand en grève reconductible !), les étudiants, les dockers, les médecins, journalistes, les fonctionnaires de la territoriale, les travailleur.e.s du numérique, les artistes auteurs, les cheminots, RATP, les chercheur.e.s, laboratoires de recheche, les agriculteurs, les intermittant.e.s du spectacle, Radio France, les femmes de ménages de l’hotellerie, les égouttiers, et même l’armée qui désapprouve officiellement le projet de (contre) réforme ! (oui, oui vous avez bien lu, lisez l’article) et tant d’autres, la liste n’est pas exhaustive, et le privé commence à s’y mettre ( voir ci dessous), etc . Vous avez dit, ça s’essoufle ? ( lire la suite ... )

Salarié·e·s de Mediapart en grève contre la réforme des retraites

Retraites: la désastreuse stratégie du saut dans le vide

Par DAN ISRAEL
Depuis deux ans, l’exécutif entretient une stratégie du flou sur une réforme qui va toucher plus de 45 millions de personnes. Qui va payer ? Qui va gagner ? Comment le nouveau régime se mettra-t-il en place ? Alors que le projet de loi est présenté ce vendredi en conseil des ministres, il est demandé aux Français d’accepter la réforme sans connaître précisément ses mécanismes les plus cruciaux. Lire la suite

Réforme des retraites: la capitalisation ou les fictions du financement de l’économie

Par MARTINE ORANGE
En dépit des dénégations du gouvernement, le projet de réforme des retraites a bien pour objet de favoriser la capitalisation. Officiellement, c’est pour la bonne cause : assurer le financement de l’économie française. Dans les faits, il s’agit de transférer tous les risques sur les épargnants. Ce qui ne peut que créer un choc de défiance. Lire la suite ( lire la suite ... )

Extension du domaine de la lutte

🤩Quand la grève se généralise en mode offensif, l’issue victorieuse se profile🤩

Quelle journée folle !

Après avoir assisté à l’évacuation par la police du TIRU (centre des déchets d’Ivry) occupé 24h par des grévistes inventifs et déterminés.
Aprés avoir vu défiler nombre d’actions toutes plus impertinentes, et pertinentes les unes que les autres:

Nous avons pu recenser ce jour :

– une Assemblée Générale devant le parvis de Radio France avec concert improvisé du Choeur, et de la Compagnie Jolie Môme.

– Un envahissement du rectorat de Paris, par les profs et leurs soutiens, avec une AG improvisée dans les locaux. ( lire la suite ... )

Autre refus de distinction

( pendant que Macron décore le patron de black rock france ) un auteur français lui refuse la médaille de chevalier des arts et lettres

Monsieur le ministre,
À ma très grande surprise, vous m’avez adressé la semaine dernière un courrier pour m’annoncer que vous me décerniez le grade de chevalier des arts et lettres.
Je vous remercie de cette délicate attention, mais j’ai bien peur de devoir refuser cet « honneur ».
Déjà, spontanément, je n’ai jamais été très excité par les médailles. Pierre Desproges disait « les décorations, c’est la libido des vieux ». Je me plais à penser que je n’en suis pas encore là. Il y a cependant des distinctions plus réjouissantes que d’autres, et celle-ci a l’inconvénient, monsieur le ministre, d’être remise par un représentant politique.
Or, comment accepter la moindre distinction de la part d’un gouvernement qui, en tout point, me fait honte ?
Car oui, il s’agit bien de honte.
J’ai honte de ce que votre gouvernement fait des services publics, au nom du refus dogmatique de faire payer aux grandes entreprises et aux plus grosses fortunes les impôts dont elles devraient s’acquitter. « il n’y a pas d’argent magique » martèle votre leader. Il y a en revanche un argent légal que monsieur Macron refuse d’aller chercher pour ne pas déplaire à ceux qui ont financé sa campagne.
J’ai honte, lorsque j’entends monsieur Castaner s’indigner que l’on puisse « s’attaquer à un hôpital », comme il l’a fait récemment, alors que c’est bien votre gouvernement qui fait le plus de mal aux services de santé, et pas trois gilets jaunes qui cherchent à se mettre à l’abri au mauvais endroit. J’ai honte de ce gouvernement qui en supprimant l’ISF, a divisé par deux les ressources des associations qui prennent à leur charge les plus faibles, les plus démunis, les laissés pour compte, à la place de l’état.
J’ai honte lorsque votre gouvernement refuse d’accueillir l’Aquarius et ses 160 réfugiés qui demandent de l’aide, et encore plus honte lorsque monsieur Castaner, encore lui, accuse les ONG qui tentent par tous les moyens de sauver des vies d’être « complices » des passeurs.
J’ai honte lorsque je vois la police « escorter » les militants de Génération Identitaire après leur coup de com’ au col de Briançon pour les « protéger » contre les militants favorables à l’accueil des réfugiés. Certains de ces derniers furent d’ailleurs interpelés, alors que tous les membres de Génération Identitaire sont rentrés chez eux fêter leur coup de publicité.
J’ai honte de votre politique indigne d’accueil des migrants, et en particulier des mineurs isolés. Le gouvernement auquel vous appartenez a accéléré le rythme des expulsions, voté l’allongement à 90 jours de la période de rétention pour les étrangers en situation irrégulière. De la prison, donc, pour des personnes n’ayant commis aucun crime, hommes, femmes, enfants, nouveaux nés. Pendant ce temps, des préfets plusieurs fois condamnés pour non-respect du droit d’asile sont maintenus en poste. ( lire la suite ... )