On avait le principe de pécaution ? perdu, le principe d’innovation passera avant !

Article SOCIALTER

En décembre 2018, le « principe d’innovation » a, en toute discrétion, été adopté par les ­députés européens dans le programme-cadre de recher­che de l’Union européenne « Horizon Europe ». Ce principe, qui exige qu’à chaque initiative légis­lative « l’impact sur l’innovation [soit] pleine­ment évalué et pris en compte », a bénéficié du soutien exprès de la Commission européenne la veille du vote : « Nous avons besoin d’appliquer le principe d’innovation afin d’éviter de restreindre indûment le potentiel de technologies encore inconnues et peut-être révolutionnaires, à forte valeur ajoutée pour notre société et notre économie. » Soutien de la Commission, mais aussi et surtout de l’European Risk Forum, lobby des industriels du tabac, des pesticides et de la chimie, artisan du principe d’innovation qui voit cinq années de travail intensif ainsi couronnées par ce vote. Plus qu’un soutien à la capacité d’innovation du Vieux Continent, ce principe est en réalité un missile télé­guidé sur une cible bien précise : le « principe de précaution ». Celui-ci, mentionné dans le traité de Maastricht de 1992 et soutenu par la Cour de justice de l’UE, autorise les décideurs à solliciter des évaluations de risque et employer des mesures restrictives lorsqu’une loi est susceptible de causer une menace sanitaire pour les citoyens ou des dommages à l’environnement. En d’autres termes : jusqu’ici, nous avions un principe qui prônait la prévention, la sécurité et l’intérêt général ; dorénavant, s’ajoute un principe concurrent qui promeut la prise de risque, la compétitivité et les intérêts économiques et sectoriels. Et grâce au vote de décembre dernier, le ­second pourra être invoqué pour écarter le premier.
Pourquoi choisir cet exemple plutôt qu’un autre pour ­ouvrir ce numéro ? Parce qu’il met à nu l’aspect systémique du lobbying. Oui, les lobbyistes peuvent avoir recours à des méthodes frauduleuses, malhonnêtes ou manipulatoires pour protéger leurs intérêts : corruption, ­fabrique du doute, attaques répétées sur les travaux scientifiques indé­pendants, production de faits alter­natifs… Les livres de Stéphane Horel, ­Stéphane Foucart ou Fabrice Nicolino, tous sortis cette année, sont là pour le rappeler et l’étayer. Mais l’influence gagnée par les groupes d’intérêts privés ne saurait s’expliquer uniquement par ces pratiques. En l’espèce : les ­artisans du principe d’innovation étaient identifiés, leur ­objectif manifeste, les effets anticipables, l’action de lobbying documentée par l’ONG Corporate European Observatory et l’opinion publique a été alertée par les médias, des ONG et certains groupes politiques. Si cette action de lobbying a payé alors même qu’elle s’est déroulée en plein jour, c’est certainement parce que les « manœuvres » des lobbies dans les coulisses ne représentent qu’une partie du ­problème. Pourquoi tant de décideurs, élus ou non, sont-ils si sensibles aux arguments des lobbies ? Parce qu’ils viennent des mêmes cursus, arpentent les mêmes couloirs, épousent la même idéologie, circulent parfois entre privé et public, adhèrent à la même vision techno­cratique où le choix politique doit s’effacer face aux données de ­l’expertise. Mais aussi parfois, tout bêtement, parce qu’ils trouvent dans les documents remis par les lobbies des éléments synthétiques et d’un haut degré de technicité, utiles, qui pallient leurs propres insuffisances – que ce soit le manque de temps ou le défaut de compétences… Plutôt que de s’insurger constamment des motifs ou des actions des lobbies, de la probité de tel ou tel élu, d’invoquer le sursaut d’une « société civile » dont on fantasme le pouvoir – ­sinon l’existence –, retournons la perspective et ne faisons pas l’économie d’une réflexion systémique. Soucions-nous de comment notre modèle institutionnel et politique en est arrivé là, car la lobbycratie ne peut avancer que lorsque la démocratie recule. 
Philippe Vion-Dury (rédacteur en chef de Socialter)
> Lire le sommaire détaillé

Signez contre la vente des aéroports de Paris + lancer le 1er RIP en France : marché de Brive 19-10

UN STAND DE VOTATION SUR LE MARCHE DE BRIVE – LA – GAILLARDE LE SAMEDI 19 OCTOBRE DE 08 H 30 A 12 H 30

NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE PRÉSENCE A TOUS . VENEZ VOTER , SI VOUS NE L’AVEZ DÉJÀ FAIT . INVITEZ VOS AMIS ET CONNAISSANCES A VENIR LE FAIRE . NOUS AVONS AUSSI BESOIN DE BÉNÉVOLES POUR ANIMER LE STAND ET DE MATÉRIEL .

NOUS ENVISAGEONS DE FAIRE 03 POSTES DE VOTE . UNE INFORMATION VIDÉO. TOUTE VOS IDÉES SERONT LES BIENVENUES

REFERENTE POUR CET ÉVÈNEMENT . DANIÈLE  : TEL 06 – 85 – 88 – 53 – 53

MERCI D’AVANCE ..

Voir l’article Référendum contre la vente ADP sur Citoyliens.fr  ( lire la suite ... )

Toulouse acte 48, encore des images de la police payée par nos impôts …

De 14h à 20h, les rues de la ville rose étaient remplies de gaz lacrymogènes, l’air était irrespirable par moment. Les forces de l’ordre bloquaient les manifestants dans une rue puis gazaient, sans laisser personne sortir. 
En précisant que plus grand monde n’avait de matériel de protection puisque l’ordre du jour était de prendre le matériel de tout le monde (journalistes et medics compris).

Malgré tout cela, les manifestants ont tenu les rues plusieurs heures, certains se sont même lancés dans une nocturne. ( lire la suite ... )

Vous avez des questions saignantes à poser à la presse ?

Allez voir checknews, un nouveau genre de plateforme à mi chemin entre la dynamique citoyenne d’ agoravox et le site de réponse d’experts comme quora ou yahoo-answers

Puisque c’est l’angle de la question, et la formulation du titre qui fait le trafic, ben voilà, tu confies l’écriture des titres au public directement, ils vont te chercher les angles qui sentent bon le mystère … et un journaliste n’a plus qu’à faire son boulot …

Ca donne = ( lire la suite ... )

Extinction Rebellion, l’autre lutte

Afin de me faire ma propre idée et pour tordre le cou aux trolls et complotistes de tous poils, je suis allé voir les militants d’Extinction Rebellion, place du Châtelet, avec mon gilet jaune sur le dos. Je vais vérifier ce que disent les haineux sur FB et recouper avec les infos que j’ai déniché sur le net.

Déjà, avec mon bol légendaire, le premier militant que je rencontre m’avoue rapidement être un flic, un membre de la BIVP (Brigade d’Information de la Voie Publique). Sweat à capuche, grosse barbe et bonnet, je m’y suis laissé prendre. Après avoir échangé au sujet des gilets jaunes, il m’explique qu’il est juste là pour observer. Mauvaise pioche. ( lire la suite ... )

Acte 48 à Toulouse: «Taper les gens à terre, c’est les ordres?»

12 OCTOBRE 2019 PAR EMMANUEL RIONDÉ

À Toulouse, « capitale nationale » pour l’« acte 48 » des « gilets jaunes », la police a réprimé tout de suite et violemment. Gazages massifs, interpellations, saisie de matériel de protection… Après onze mois de mobilisation, les relations entre la population et les forces de l’ordre sont exécrables.

Toulouse, de notre correspondant.– « Le SDF, aidez-le, il va crever, miskin ! » Le sans-abri durement touché à l’œil, hagard et pris en charge par les medics en milieu d’après-midi dans la rue Bayard, au centre de Toulouse, sous une pluie de gaz lacrymogène, n’est pas mort. Mais comme nombre de manifestants, il aura passé une après-midi éprouvante. ( lire la suite ... )

Déficit de la sécu mon Q

Petit précis de manipulation médiatique

Vous faites un titre terrifiant : « 5 milliards de déficit, la Sécurité sociale s’effondre » !

Vous en concluez que tout va mal et qu’il va falloir – pour le peuple – se « serrer la ceinture » et prendre des mesures parce que le système ne marche plus, il faut « réformer, réformer, réformer ! », traduire privatiser.

Vous vous gardez bien de dire que ce déficit est bien plus faible qu’un certain nombre d’exemptions décidées par le gouvernement, vis-à-vis des employeurs et qu’il suffirait de revenir sur certaines de ces exemptions pour qu’il n’y ait plus de déficit, mais un énorme excédent. ( lire la suite ... )

Election : toujours élu = LE POGNON !

Sarko aurait dépassé de plus de 20 millions d’€ le financement de sa campagne et n’a même pas été élu en 2012. En 2007, on parle de 50 millions d’€ fournis par Kadhafi pour sa campagne.
Pour Macron, ses comptes ne sont pas clairs du tout ! On ne parle pas trop de Hollande, peut-être n’a-t’il pas eu trop besoin de dépasser les 24 millions autorisés mais 24 millions quand-même ! L’élection de Chirac aurait dû être annulée pour irrégularités des comptes par le Conseil Constitutionnel en 1995.
Tout ça pour dire que sans pognon, vous n’avez aucune possibilité de gagner une élection nationale. Donc c’est une caste friquée qui se le partage : les plus riches aident les candidats, les candidats une fois élus renvoient l’ascenseur, toujours, quoi que vous vouliez. ( lire la suite ... )

Vous voulez obliger les élus à tenir leurs promesses ?

Vous voulez le RIC ? Vous voulez que le vote blanc soit reconnu ? Vous voulez obliger les élus à tenir leurs promesses ? Vous voulez qu’ils s’engagent réellement pour nous protéger de l’effondrement qui vient ?
Il faudra pour cela modifier la Constitution. Aujourd’hui, l’article 89 dit que seul le Président, par le gouvernement, peut modifier la Constitution ! S’il le veut bien, il peut nous consulter par référendum. Mais s’il se fiche de notre avis, il passe simplement par le parlement qui lui lèche les bottes en grande majorité… 
Bref, il faut réviser AVANT TOUT l’article 89 qui définit le processus constituant et c’est à NOUS de le faire. Nous allons engager une consultation pour proposer plusieurs versions de processus constituant comme, par exemple, une assemblée constituante élue ou tirée au sort. Le pouvoir se sert de l’élection pour se légitimer ? Utilisons la même méthode : nous allons proposer de voter au jugement majoritaire sur une plateforme sécurisée pour chaque proposition de processus constituant. Ça prendra le temps qu’il faudra, ça dépendra de nous tous 😉
—–
Article 89 ( lire la suite ... )

Le RIC vu de l’étranger

Du 2 au 5 octobre a eu lieu à Taichung (Taiwan) le huitième forum mondial sur la démocratie directe moderne. Politiciens, activistes, journalistes, universitaires et écrivains étaient présents et ont discuté pendant cinq jours des évolutions de la démocratie directe dans le monde, avec une déclaration commune à la clef.

En situation précaire face à la montée en puissance de la Chine – dont le pays fait toujours officiellement partie – Taiwan met un point d’honneur à être un modèle de démocratie en Asie du Sud-Est. Déjà fier d’avoir été la première démocratie asiatique dans le lointain XIXème siècle, le pays a en ce début de XXIème siècle mis en place un référendum d’initiative citoyenne. Taiwan est un cas typique d’obtention de la démocratie directe par le haut, suite à une vague de démocratisation entamée dans les années 1990 à la chute du régime militaire. Devant l’échec des initiatives dû à des seuils de signatures très élevés (5%), le gouvernement taiwanais, soumis à la pression d’un mouvement populaire, le mouvement des Tournesols, ayant conduit à l’occupation de l’assemblée par des étudiants, a réduit en 2017 ce seuil à 1,5 % en rendant également la procédure plus facile à utiliser. Résultat : en 2018, pas moins de dix référendums ont vu le jour alors que plus de 30 propositions furent déposées. ( lire la suite ... )