Appel à manifestation anti « Loi sécurité globale » + premières gardes à vue de journalistes dès le vote de la loi

Facebooktwittermail

Pour la défense de nos libertés individuelles et collectives : retrait du projet de loi de sécurité globale !

Depuis le 17 novembre, a commencé à l’assemblée nationale la discussion de la proposition de loi relative à « la sécurité globale », dans le cadre d’une procédure accélérée.

Ce texte contient de nombreuses atteintes au droit de la vie privée, à la liberté d’informer,
au principe d’égalité, à la liberté de la presse, au droit de manifester et à des principes
constitutionnels. D’autant plus que ces dernières années, la répression syndicale s’est
largement accentuée.

Il suscite une opposition très large dans la société : la Ligue des Droits de l’Homme, la
Libre Pensée, les syndicats de journalistes ou d’avocats, la défenseure des droits, la
commission nationale consultative des droits de l’homme et même le conseil des droits de
l’homme de l’ONU…

Des dizaines de milliers de citoyen-nes ont déjà manifesté contre ce projet dans tout le
pays ces derniers jours.

Pour nos organisations syndicales, les nouvelles dispositions en discussion ont pour
vocation de faciliter la répression des militant-es et d’intensifier les pratiques de nassage,
de gaz et grenades lacrymogènes. L’utilisation de caméras et drones permettant la
reconnaissance faciale des militant-es lors de manifestations constitue un outil
supplémentaire de surveillance généralisée.

La liberté de la presse est également dans le viseur avec la création d’un nouveau délit qui
empêche la diffusion d’images des personnels de police ou de gendarmerie.
Par ailleurs, les entreprises de sécurité privée se voient habilitées à exercer des missions
de service public. Les polices municipales se voient dotées de prérogatives importantes
qui relèvent pourtant des missions de l’État.

Pour toutes ces raisons nous exigeons le retrait de ce projet de loi qui s’oppose au
principe républicain « Liberté – Egalité – Fraternité » et s’en prend aux libertés
fondamentales dont celle de manifester.

Nous appelons les salarié-es, retraité-es, les personnes privées d’emploi et tous les
citoyens et citoyennes attaché-es à la démocratie à participer au rassemblement devant la
Préfecture le samedi 21 novembre à 14h30.

Plusieurs associations et syndicats de Corrèze appelent à venir manifester avec des masques et dans le respect des gestes barrières.

Attestation dérogatoire à remplir

Le formulaire suivant est à remplir pour fournir une dérogation aux mesures sanitaires en vigueur.

Première victime professionnelle de la nouvelle loi « sécurité globale » en france

La photo-reporter professionnelle Hannah Nelson avec carte de presse a subit une garde à vue de 20 heures dès la fin de la manifestation derrière l’assemblée nationale. Elle a écoppée d’un rappel à l’ordre pour « attroupement après sommation » (ce qui veut dire que le journaliste fait bien son travail de témoin en continu), mais maintenant, il va subir intimidation et sanction

Une journaliste de France 3 idem, garde à vue plusieurs heures.

Le droit à l’information n’est pas réservé au journalistes, c’est un droit du citoyen.

Une vidéo explicative

Travail graphique de ATTERRISSAGE CHELO sur Mediapart

Voir le second travail du 20 novembre (cliquer)

La loi sécurité globale a été votée à l’assemblée et la prochaine proposition de loi par le ministre de la justice va consister à attaquer la liberté de la presse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.