Acte 53 : Des manifestants mis à genoux, les mains ligotées, à la sortie de la nasse Place d’Italie

Article revolution permanente

Les images des lycéens de Mantes-la-Jolie interpellés et alignés à genoux par la police avaient fait scandale en décembre dernier. Pour l’anniversaire des Gilets jaunes, les forces de répression ont réutilisé la même pratique humiliante, contre les manifestants qui sortaient de la nasse policière à Place d’Italie, et qui étaient âgés pour certains.

Malik Despi

samedi 16 novembre

 NΦstalGeek  cl.3 @mastodont@_NostalGeek_

Mesdames, Messieurs : la #FranceDeMacron ! A noter les dangereux factieux aux cheveux blanc #FDO #ABUS #Acte53 #Paris #sortieDeNasse #GiletsJaunes #LallementCastanerEnEnfer #MacronDegage

Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter

17715:59 – 16 nov. 2019Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité312 personnes parlent à ce sujet

La vidéo aux alentours à partir de la minute 3h23, 3h26 :

Suite

 Hommes en noir

[THREAD] Hommes en noir.
J’étais hier Place d’Italie pour rendre compte et filmer ce #1anDeColere (Lives sur ma page Facebook). Comme à chaque fois que ça chauffe vraiment, il y a 3 catégories d’hommes en noir. Je le dis parce que c’est vrai et sans AUCUN esprit polémique.

1/ Des jeunes gens (hommes et femmes) qui veulent en découdre et qui scandent « Aha aha anti anti-capitalistes », qui sont absolument contre tout ce qui représente l’Etat. Ils pensent qu’il faut détruire ce système et que les manifestations pacifiques ne mènent à rien.

2/ Des policiers de la BAC, qui sont vêtus de la même façon et qui, par petits groupes, interpellent via la technique du « saute-dessus » et qui ensuite se réfugient derrière un cordon de CRS ou de gendarmes mobiles. Puis, les interpellés sont embarqués.

3/ Enfin, une catégorie que j’appelle des zonards, qui cassent tout sur leur passage, sans discernement. Ceux-là, je ne sais qui ils sont. Ça fait quand même un peu barbouzes. Ils étaient là par ex lors de l’Acte 18 et ont cassé, puis pillé les grandes enseignes sur les Champs.

Tous ceux qui étaient présents hier et qui sont honnêtes ne pourront que confirmer cet état de fait. Ensuite, il est permis de se poser un certain nombre de questions :

– Pourquoi la Préfecture a choisi une place en travaux, avec des échafaudages, des planches et du matériel de chantier à disposition ?
– Pourquoi avoir nassé tout le monde (j’ai mis une heure à trouver une issue, grâce à un gendarme compréhensif) ?

– Pourquoi avoir rendu la manifestation illégale au moment où elle devait démarrer, à 14h, alors même qu’elle avait été dûment déclarée et acceptée ? Les réponses, au premier niveau, sont assez simples.

Il n’y a pas de réponse politique, seulement des réponses répressives. La tension monte, entre les manifestants et les policiers c’est devenu électrique, ce que j’ai vu s’apparente à une guérilla. Ce n’est pas la 1ère fois, mais nous avons clairement franchi un nouveau palier.

Nul ne sait où ces guérillas nous mèneront. Loin du manichéisme, je vois beaucoup d’instrumentalisation de la part de l’exécutif et je veux être parfaitement honnête, je rencontre de + en + de policiers qui en sont conscients et en ont vraiment marre, avec des salaires de misère.

Des policiers violents, il y en a aussi. Mais sur le terrain, pris dans cette folie, ce n’est pas si simple et j’ai vu aussi beaucoup de gamins (et de gamines) dans les rangs des CRS, qui avaient un regard apeuré et tentaient simplement de ne pas y passer. C’est la réalité.

Finalement, tout le monde -manifestants, policiers- est otage de cette stratégie de l’exécutif. Pour l’instant, « ça tient encore ». Mais jusqu’à quand ? S’il s’agit d’interpeller tous les manifestants, ça va faire du monde… Surtout que des mouvements massifs sont à venir.

Bref : tous ceux qui étaient sur le terrain hier -je crois pouvoir l’affirmer- ont eu ce sentiment : en l’absence de réponse politique raisonnable, l’exécutif ne tient que par les forces de l’ordre. Il y a de + en + de décalage entre le légal et le légitime.

Et ce décalage sert une stratégie, dangereuse : celle du « moi ou le chaos ». A ce rythme et sans inflexion notable, nous aurons assurément « moi et le chaos ». Voilà, selon moi, les données essentielles du problème : le socle électoral très faible des différents présidents.

Ne pouvant rassembler au-delà de 10 à 16% des inscrits (et cela suffit à « gagner » et éventuellement à se faire réélire), la réponse ne peut plus être que sécuritaire et répressive. Plus il y aura de violence, plus cette stratégie sera imposée comme « inéluctable ».

Le divorce est consommé entre une large partie de la population (70 à 80%) et les élus. C’est toute la question de la démocratie dite représentative, qui chaque jour se rétrécit comme peau de chagrin.

Si l’on ne va pas vers plus de participation (référendums notamment), le fossé va sans cesse se creuser. Ça ne pourra pas tenir indéfiniment. On est déjà très loin dans ce processus mortifère. C’est ça, « le piège ».

You can follow @DidierMaisto.

Share this threadBookmark
Facebook
LinkedIn
Twitter

____ 
Tip: mention @threader_app on a Twitter thread with the keyword “compile” to get a link to it.

Enjoy Threader? Sign up.

Threader is an independent project created by only two developers. The site gets 500,000+ visits a month and our iOS Twitter client was featured as an App of the Day by Apple. Running this space is expensive and time consuming. If you find Threader useful, please consider supporting us to make it a sustainable project.

Une réflexion sur « Acte 53 : Des manifestants mis à genoux, les mains ligotées, à la sortie de la nasse Place d’Italie »

  1. l’executif a une grande responsabilité en traitant ceux qui se battent pour une justice et une meilleurs redistribution des ressource dans le respect de de la terre et de chacun oui en les traitants de nuisibles et en mettant en face d’eux des forces de l’ordre qui les nassent comme des animaux.
    cela est intolérable et révoltant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.